PAPE…Pourpre ?

*
***

Le PAPE

Sur le seuil du Vatican

***
*

0a111.bmp

*

Je parle à la Cité, je parle à l’Univers.

Écoutez, ô vivants de tant d’ombre couverts,
Qu’égara si longtemps l’imposture servile,
Le sceptre est vain , le trône est noir, la pourpre est vile.
Qui que vous soyez, fils du Père, écoutez tous.
Il n’est sous le grand ciel impénétrable et doux
Qu’une pourpre, l’amour ; qu’un trône , l’innocence.
L’aube et l’obscure nuit sont dans l’homme en présence
Comme deux combattants prêts à s’entre-tuer :
Le prêtre est un pilote ; il doit s’habituer
A la lumière afin que son âme soit blanche ;
Tout veut croître au grand jour, l’homme, la fleur, la branche,
La pensée ; il est temps que l’aurore ait raison ;
Et Dieu ne nous a point confié sa maison,
La justice, pour vivre en dehors d’elle, et faire
Grandir l’ombre et tourner à contre-sens la sphère.

Je suis comme vous tous, aveugle, ô mes amis !
J’igore l’homme, Dieu, le monde ; et l’on m’a mis
trois couronnes au front, autant que d’ignorance.

Celui qu’on nomme un pape est vêtu d’apparences ;
Mes frères les vivants me semblent mes valets ;
Je ne sais pas pourquoi j’habite ce palais ;
Je ne sais pas pourquoi…/…
(scène 1 – page 1033 – tome 15e)

Victor HUGO
Oeuvres complètes

*

0a23.jpg

*
***
*

Victor Hugo, né le 26 février 1802
 » Ce siècle avait deux ans… »
jamais baptisé…pour l’enseignement laïque…mais doté d’une foi profonde et d’un questionnement que l’on retrouve dans nombre de ses oeuvres…
reproche à l’Église le carcan qu’elle impose.
Ainsi fera-t-il dire à Olympio:
« Les dogmes et les pratiques sont des lunettes qui font voir l’étoile aux vues courtes. Moi je vois Dieu à l’œil nu »

Adhérant à des mouvements anticléricaux…
il croit cependant en un Dieu souffrant et compatissant…force infinie créatrice de l’univers et à l’immortalité de l’âme.

Sa quête spirituelle l’entraîna à explorer d’autres voies…
Coran, druidisme, spiritisme…

Vous trouverez souvent de ses vers dans mes blogs,
catégorie poésie/poèmes.

0a83.jpg

*

HUGO ?

Grand poète et dramaturge
ses vers sur la Religion, l’Europe, les Humains, etc.
sont toujours d’une acuité remarquable !

*
***
*

0a10.gif   0a4.gif   0a10.gif

*

CROMWELL…déchiffré ?

*
***

CROMWELL

(Pièce historique)

***
*

0a4.bmp

*

Demain, 25 juin 1657
Quelqu’un, que lord Broghill autrefois chérissait,
Attend le grand matin ledit lord aux Trois-Grues,
Près de la halle au vin, à l’angle des deux rues.
Voilà bien la taverne ; et c’est le même lieu
Que Charles, à Worcester abandonné de Dieu,
Seul, disputant sa tête après son diadème,
Avait, pour fuir Cromwell, choisi dans Londres même.
Mais ce billet qu’hier j’ai reçu, d’où vient-il ?
L’écriture…
(Acte 1er – scène l)

…/…

Cromwell (à part)
Implacable innocente ! On me croit impuni !
Ma fille la plus chère et la dernière née
Semble une conscience à mes pas acharnée.
La candeur d’une enfant, son oeil naïf, sa voix
Font trembler un Cromwell, l’épouvante des rois !
Devant sa pureté toute ma force expire.
Dis-je persévérer ? Dois-je saisir l’empire ?
Prosterné sous le trône où je serais assis,
Le monde se tairait ; mais que dirait Francis ?
Que dirait son regard, doux comme sa parole,
Et qui m’enchante encore alors qu’il me désole ?
Cher enfant ! que son soeur saurait avec effroi
Que je suis régicide, et que j’ose être roi !
Dans sa province obscure il  faut qu’on la renvoie.
Au but de mon destin sacrifions ma joie,
Privons mes derniers ans de ses soins que j’aimais,
N’attristons pas surtout, ne détrompons jamais
Le seul être qui m’aime encore, sans
ma puissance,
Et dans le monde entier croie à mon innocence !
Ange heure ! que mon sort ne touche pas au sien !
Il le faut : soyons roi, sans qu’elle ne sache rien.
(Haut à Francis)
Conserve ce coeur pur, je t’aime ainsi, ma fille !
(Acte III – scène 5)

…/…

Se pourrait-il ? Lever le rideau du destin ;
Lire au loin dans le ciel un avenir lointain ;
Déchiffrer chaque vie et chaque caractère ;
Voir la clef de l’énigme et le mot du mystère,
Ce mot qu’un doigt suprême, invisible à nos yeux,
Trace avec des soleils sur le livre des cieux !
Moi, qui me contentais de je ne sais quel trône !
Fier de briller au faîte ou quelques rois ont lui,
Je méprisais ce juif. Que suis-je près de lui ?
Qu’est-ce que ma puissance auprès de son empire ?
Près du but qu’il atteint qu’est le but ou j’aspire ?
Son royaume est le monde, et n’a pas d’horizon
…/…
(Acte III – scène 17)

*

0a91.bmp

*

Victor HUGO
Oeuvres complètes
(Tome III)
Le club français du livre
8 rue de la Paix – Paris 2ème

*

0a11.jpg

*

Cromwell  est d’abord une pièce historique, avant d’être une Préface…On l’oublie trop.
L’oeuvre déconcerte dès lors qu’on la situe dans le perspective du drame romantique ou même du théâtre hugolien, et qu’on l’envisage ainsi rétrospectivement.
Son lien avec la Préface fait problème …/…
(Victor Hugo et l’âge d’hommepar Claude Duchet)

*

0a51.jpg

*

Les oeuvres complètes
de notre écrivain-poète engagé
sont une manière agréable de passer l’hiver
(22 tomes)

*

5294701kpyd7jl1111.gif

La légende des siècles

barra03032009.gif 

 

La légende des siècles 

***

*

La créature humaine, importune au ciel bleu,
Faisait une ombre affreuse à la cloison de Dieu ;
Elle n’avait plus rien de sa forme première ;
Son oeil semblait vouloir foudroyer la lumière,
Et l’on voyait, c’était la veille d’Attila,
Tout ce qu’on avait eu de sacré jusque-là
Palpiter so
us son ongle et pendre à ses mâchoires,
D’un côté les vertus et de l’autre les gloires.
Les hommes rugissaient quand ils croyaient parler.
L’âme du genre humain songeait à s’en aller ;
Mais avant de quitter à jamais notre monde,
Tremblante, elle hésitait sous la voûte profonde,
Et cherchait une bête où se réfugier.
On entendait la tombe appeler et crier.
Au fond, la pâle Mort riait sinistre et chauve.
Ce fut alors que toi, né dans le désert fauve
Où le soleil est seul avec Dieu, toi, songeur
De l’antre que le soir emplit de sa rougeur,
Tu vins dans la cité toute pleine de crimes ;
Tu frissonnas devant tant d’ombre et tant d’abîmes ;
Ton oeil fit, sur ce monde horrible et châtié,
Flamboyer tout à coup l’amour et la pitié ;
Pensif tu secouas ta crinière sur Rome ;
Et l’homme étant le monstre, ô lion, tu fus l’homme.

 ********* 
*****

Victor HUGO
(1802-1885)

*****
***
*

roilion2020.gif

Victor HUGO
est un monument de la littérature française
Romans, pièces, poésies furent composés avec talent-bonheur-succès.
Je reviendrai avec des extraits de cet homme engagé, donc pas de biographie…

*****

***

*

Aujourd’hui
à vous  la parole
Que représente-t-il  à vos yeux ?

***

*

                        andalousie122914246124gros.gif

Thoughts... |
livres d'occasion bouquinsd... |
marcloupias |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Stephan LEWIS - fantastique
| silentenigma
| Au fil des mots