CROMWELL…déchiffré ?

*
***

CROMWELL

(Pièce historique)

***
*

0a4.bmp

*

Demain, 25 juin 1657
Quelqu’un, que lord Broghill autrefois chérissait,
Attend le grand matin ledit lord aux Trois-Grues,
Près de la halle au vin, à l’angle des deux rues.
Voilà bien la taverne ; et c’est le même lieu
Que Charles, à Worcester abandonné de Dieu,
Seul, disputant sa tête après son diadème,
Avait, pour fuir Cromwell, choisi dans Londres même.
Mais ce billet qu’hier j’ai reçu, d’où vient-il ?
L’écriture…
(Acte 1er – scène l)

…/…

Cromwell (à part)
Implacable innocente ! On me croit impuni !
Ma fille la plus chère et la dernière née
Semble une conscience à mes pas acharnée.
La candeur d’une enfant, son oeil naïf, sa voix
Font trembler un Cromwell, l’épouvante des rois !
Devant sa pureté toute ma force expire.
Dis-je persévérer ? Dois-je saisir l’empire ?
Prosterné sous le trône où je serais assis,
Le monde se tairait ; mais que dirait Francis ?
Que dirait son regard, doux comme sa parole,
Et qui m’enchante encore alors qu’il me désole ?
Cher enfant ! que son soeur saurait avec effroi
Que je suis régicide, et que j’ose être roi !
Dans sa province obscure il  faut qu’on la renvoie.
Au but de mon destin sacrifions ma joie,
Privons mes derniers ans de ses soins que j’aimais,
N’attristons pas surtout, ne détrompons jamais
Le seul être qui m’aime encore, sans
ma puissance,
Et dans le monde entier croie à mon innocence !
Ange heure ! que mon sort ne touche pas au sien !
Il le faut : soyons roi, sans qu’elle ne sache rien.
(Haut à Francis)
Conserve ce coeur pur, je t’aime ainsi, ma fille !
(Acte III – scène 5)

…/…

Se pourrait-il ? Lever le rideau du destin ;
Lire au loin dans le ciel un avenir lointain ;
Déchiffrer chaque vie et chaque caractère ;
Voir la clef de l’énigme et le mot du mystère,
Ce mot qu’un doigt suprême, invisible à nos yeux,
Trace avec des soleils sur le livre des cieux !
Moi, qui me contentais de je ne sais quel trône !
Fier de briller au faîte ou quelques rois ont lui,
Je méprisais ce juif. Que suis-je près de lui ?
Qu’est-ce que ma puissance auprès de son empire ?
Près du but qu’il atteint qu’est le but ou j’aspire ?
Son royaume est le monde, et n’a pas d’horizon
…/…
(Acte III – scène 17)

*

0a91.bmp

*

Victor HUGO
Oeuvres complètes
(Tome III)
Le club français du livre
8 rue de la Paix – Paris 2ème

*

0a11.jpg

*

Cromwell  est d’abord une pièce historique, avant d’être une Préface…On l’oublie trop.
L’oeuvre déconcerte dès lors qu’on la situe dans le perspective du drame romantique ou même du théâtre hugolien, et qu’on l’envisage ainsi rétrospectivement.
Son lien avec la Préface fait problème …/…
(Victor Hugo et l’âge d’hommepar Claude Duchet)

*

0a51.jpg

*

Les oeuvres complètes
de notre écrivain-poète engagé
sont une manière agréable de passer l’hiver
(22 tomes)

*

5294701kpyd7jl1111.gif



ROYAUTE…A. & chute

*
***

Apogée et chute

de la

ROYAUTÉ

***
*

0a10.jpg

*

En ce temps-là, on aimait mourir en beauté.
Le Cardinal se fit faire la barbe, friser la moustache, mettre du rouge aux lèvres en poudrer les joues.
Puis il monta dans sa chaise à porteurs, qui était ouverte par-devant, et les laquais le promenèrent dans son jardin. Il eut une syncope, se recoucha, joua aux cartes, perdit, se confessa, communia des mains du P. Angelo, supérieur des Théatins ; qui  témoigna de sa piété et de ses « belles dispositions« , reçu l’l'indulgence apportée par le nonce et se remit enfin entre les mais de M. Joly…
On n’a pas le détail de ce qui se passa entre eux. On sait seulement que le Cardinal lui dit :

« J’ai confessé mes péchés à mon confesseurs ; j’espère que Dieu me les pardonnera ; ne me parlez, je vous prie, monsieur Joly, que de ses miséricordes, car, pour ses jugements, je n’en suis que trop pénétré ».

Jules Mazarin mourut le 9 mars 1661, en prononçant le nom de Jésus.

Le 10, à 7 heures du matin, le roi Louis XIV réunit son Conseil.
Ils étaient huit en tout, …
Le Roi se découvrit, remit son chapeau et, debout, se tourna vers le chancelier :

« Monsieur, je vous ai fait assembler avec mes ministres et secrétaires d’État pour vous dire que, jusqu’à présent, j’ai bien voulu laisser gouverner mes affaires par feu M. le Cardinal ; il est temps que je les gouverne par moi-même. Vous m’aiderez de  vos conseils quand je vous les demanderai….
La face du théâtre change ; j’aurai d’autres principes dans le gouvernement de mon État, dans la régie de mes  finances et dans les négociations au-dehors que n’avait feu M. le Cardinal. Vous savez mes volontés ; c’est à vous maintenant, messieurs, à les exécuter ».

Il n’en dit pas plus, et le conseil se sépara.
(Page  13/14 – Chapitre 1er)

*

0a2.jpg

Pierre GAXOTTE
de l’Académie Française
Historien
Librairie Jules Tallandier Paris

*

0a12.bmp

*

Le règne personnel de Louis XIV commence en 1661 ; la monarchie est renversée en 1792.
Entre la mort de Mazarin et la prise des Tuileries par les émeutiers du 10 août, il ne s’écoule que 131 ans et 5 mois.
C’est peu dans la vie d’une nation.
C’est peu dans l’existence d’une dynastie qui, durant 800 ans avait surmonté tant d’épreuves, survécu à tant de troubles, tant de guerres, tant de révolutions.
Plus surprenant encore paraît  l’évènement du 10 août, lorsqu’on se  rappelle qu’il est survenu neufs années seulement après le Traité de Versailles qui fondait l’indépendance des États-Unis…/…
( Préface du 1er des 6 tomes)

*

0a72.bmp 0a18.jpg

*

Pour les amoureux d’Histoire
il s’agit de 6 beaux livres passionnants
dignes d’un cadeau de Noël
imprimés en Suisse au 3ème trimestre 1976

*

5294701kpyd7jl1111.gif



DOUCEUR du foyer

*
***

Rien ne vaut la douceur du foyer

***
*

0a11.bmp

*
***

Liza rêvait.
C’était son rêve préféré, celui où elle avait six ans et était à la plage avec son papa à Spring Lake, dans le New Jersey. Ils étaient dans l’eau, se tenant par la main, et sautaient ensemble chaque fois qu’une vague éclatait à leur hauteur. Puis arrivait une déferlante beaucoup plus grosse, papa l’empoignait en criant : « Tiens bon Liza » et une seconde plus tard ils étaient happés par un  rouleau. Liza avait eu très peur.

Elle sentait encore son front heurter le sable quand la vague les avait rejetés  sur le rivage. Elle avait bu la tasse, elle toussait, ses yeux lui piquaient et elle pleurait mais papa l’avait attirée contre lui et serrée très fort dans ses bras : « Ça alors, c’était une sacrée vague ! » s’était-il exclamé en essuyant le sable de son visage.
« Mais nous avons tenu bon, n’est-ce pas, Liza ? »

C’était ce qu’elle préférait dans son rêve, se sentir en sécurité dans les bras de papa.

Avant le retour de l’été papa était mort.
Aujourd’hui Liza avait dix ans et elle ne s’était plus jamais sentie en sécurité. Elle avait toujours peur parce que maman avait obligé Ted à s’en aller. Ted, son beau-père, il ne voulait pas divorcer, il harcelait maman pour qu’elle le laisse revenir…/…
(Prologue)

*

Mary Higgins Clark
(Traduction Anne Damour)
Éditions Albin Michel  2005

***
*

0a71.bmp0a81.bmp0a2.bmp


***

Née Mary Higgins  le 24 décembre 1927 à New-York  dans une famille d’émigrés irlandais, orpheline de père à 10 ans, elle travailla comme secrétaire et un an comme hôtesse de l’air pour aider sa mère.

Mariée à 20 ans à  Warren Clark  (qui décéda d’une crise cardiaque en 1964 la laissant seule avec 5 enfants), elle commença par être scénariste pour la radio et une biographie de George Wasghinton.

N’ayant pas de succès dans ce genre, elle choisit le suspense.
Son premier roman  La maison du guet   fut un succès…
jamais démentis les 25 suivants.

Découverte en France en 1997 avec La nuit du renard
elle inaugura la collection spécial suspense d’Albin Michel
qui édita 22 de ses 26 romans.
Ayant vendu plus de 20 millions d’exemplaires en version originale en France, un sondage de 1999 pour Le Monde  la plaçait en 2ème position des meilleures ventes du genre pour les 12/30ans.

Sa fille,Caroll  et sa belle-fille Mary-Jane  suivent ses traces.

*
***

5294701kpyd7jl1111.gif



RAPT au camping

*

RAPT de NUIT

***
*

0a1.bmp

*
***

…/…Tess nagea vers sa mère qui jeta un coup d’oeil vers la bande d’adolescents. Maintenant Jake était assis parmi eux sur les rochers et participait bruyamment à la conversation. Il  avait la jolie blonde à côté de lui.

- Papa dit qu’il chercher à plaire aux filles, annonça Tess à sa mère.
Dawn eut un sourire teinté de mélancolie.
- Il a grandi.
- Moi, je trouve qu’il derait  rester avec sa famille.
- Oh, bientôt c’est toi qui seras là-bas.
- Non…Moi, je préférerai toujours être avec toi.

Dawn lui planta un baiser sur le front.
- Allez, viens. On attrape Phoebe. Phoebe, s’écria-t-elle. On va t’attraper !

Phoebe, qui flottait sur le dos, qui contemplait le ciel bleu et pommelé, se redressa. Le soleil fulgura sur la surface lisse de son médaillon « Espérance » qu’elle portait toujours au cour, pendu à une chaîne d’argent. C’était un cadeau d’anniversaire de leur marraine…/…
(page 16/17)

Patricia MacDonald
(Traduction Nicole Hibert)
Édition de Noyelles

*

0a5.jpg

 

*

Née dans le Connecticut le 1er août 1949,
après des études de journalisme et un doctorat de Boston, elle travaille au sein de plusieurs magazines.
Son mariage avec l’écrivain Art Bourgan, semble avoir orienté sa carrière vers l’écriture de romans policiers…pour le plus grand plaisir de ses lecteurs.

*

0a9.bmp0a7.bmp0a8.bmp0a10.bmp

*

Un livre prenant

 posé qu’une fois lecture terminée !

*

5294701kpyd7jl1111.gif



RIMBAUD ?…Beau !

*
***

L’HOMME JUSTE

*
***
*

0a7.jpg

*
***
*

Le juste restait droit sur ses hanches solides ;
Un rayon lui dorait l’épaule ; des sueurs
Me prirent : « Tu veux voir rutiler les bolides ?
Et, debout, écouter bourdonner les flueurs
D’astres lactés, et les essaims d’astéroïdes ?

« Par des farces de nuit ton front est épié,
O Juste ! Il faut gagner un toit. Dis ta prière,
La bouche dans ton drap doucement expié ;
Et si quelque égaré choque ton ostiaire
Dis : Frère, va plus loin, je suis estropié ! »

Et le Juste restait debout, dans l’épouvante
Bleuâtre des gazons après le soleil mort :
« Alors, mettrais-tu tes genouillères en vente,
O Vieillard ? Pèlerin sacré ! barbe d’Armor !
Pleureur des Oliviers ! main que la pitié gante !

Barbe de la famille et poing de la cité,
Croyant très doux ; ô coeur tombé dans les calices,
Majesté et vertus, amour et cécité,
Juste ! plus bête et plus dégoûtant que les lices !
Je suis celui qui souffre et qui s’est révolté !

« Et ça me fait…/…

RIMBAUD

Oeuvres
Éditions Baudelaire
(page 98)

*

0a11.jpg0a51.bmp

*

Article complémentaire
http://osee3.unblog.fr/2010/10/19

*
***
*

5294701kpyd7jl1111.gif



ATLANTIDE…Mystérieuse ?

*
*** 

Les mystères du monde submergé

Jean-Albert FOEX

***
*

0a3.jpg0a111.bmp0a3.jpg

*
***

Les secrets des Phéniciens

Dans son ouvrage Les Phéniciens et l’Odyssée, M. Bérard considère que les premières incursions de navigateurs phéniciens en Atlantique remontent au second millénaire. Encore que le secret de telles reconnaissances fût bien gardé, il en filtra assez de détails pour qu’Homère (IX° siècle av. JC)Ezéchiel (VI° avJC) Euripide (480-406 avJC) y fassent allusion avant Platon (428-347 avJC) -  (page 27)

*

0a1.jpg0a6.bmp0a5.bmp0a1.jpg

*

Atlantis : monde antédiluvien

…/…
Que se passa-t-il ?
A l’époque que nous avons déterminée plus haut (9600 avJC) le niveau des mers du globe est au moins à 100 mètres au-dessous du niveau actuel.

Comment le sait-on ?
Grâce à la méthode de datation par le carbone radioactif qui permet de fixer les dates auxquelles vécurent animaux ou végétaux, avec une possible marge d’erreur (3/4 %), méthode valable pour toute substance organique âgée de moins de 25000 ans.
L’application de cette méthode à des coquillages prélevés à diverses profondeurs dans des dépôts sédimentaires côtiers, en particulier aux embouchures de fleuves importants, a démontré qu’au X° millénaire avant notre ère, le niveau des océans s’était abaissé jusqu’ à 130 mètres au-dessous du niveau actuel.

Les forme des « terres atlantiques » était donc différente de celle qu’elles ont aujourd’hui et évidemment ces terres étaient plus vastes puisqu’au lieu d’être sous la mer tous les fonds situés actuellement jusqu’à la cote de profondeur 130 émergeaient sous le soleil.
Ces réalités sont évidemment de la plus haute importance quant à la disparition de toutes traces visible de vestiges atlantes
…(Page 50/51)

*

Éditions Rombaldi
dépôt légal 1ertrimestre 1976 – ISBN 2-231-00100-4
Original : Histoire sous-marine des hommesRobert Laffont – 1964

*

0a9.gif
*
***
*

Que d’hypothèses-campagnes nautiques
pour retrouver ce « Paradis Perdu »
en
Méditerranée ? au large de la Bretagne ? aux Açores ?

*
***
*

5294701kpyd7jl1111.gif



CATHARISME…Hérésie ?

*
***

LES CATHARES

Une civilisation avortée…L’ébauche d’une société future
René NELLI

***
*

0a4.bmp0a11.bmp0a5.jpg

*

 

Le catharisme est encore fort mal connu du grand public. Pourtant il constitue, dans l’histoire occidentale, un cas unique à bien des égards.

On peut étudier le phénomène cathare sous deux angles bien différents : en tant qu’hérésie ou en tant que civilisation originale. L’hérésie s’est développée avec succès dans plusieurs pays d’Europe. Mais le catharisme, en tant que civilisation ou, du moins, en tant qu’expression spirituelle la plus achevée d’une civilisation spécifique, avec sa culture, ses mœurs, ses lois, etc., s’est surtout épanoui en Occitanie.
(Page 13)

*

0a9.bmp0a9.bmp0a9.bmp

*

BRÛLONS-LES TOUS
Dieu reconnaîtra les siens !

*

HISTOIRE
des PERSONNAGES mystérieux & des
SOCIÉTÉS SECRÈTES
(Sous la direction de Louis Pauwels – pour Culture, Art, Loisirs – 1972)
*

0a1.bmp

*

Un livre

pour ceux qui aiment l’histoire

ou s’intéressent aux recherches spirituelles

*
***
*

5294701kpyd7jl1111.gif



VISAGES…brumeux

*
***

LES VISAGES

(Traduction de l’anglais par Julie Sibony)

*

0a5.jpg0a1.bmp0a5.jpg

*

…/…
Un coup de fil de Tony Wexler – encore un coup de fil – sonna la fin de ma semaine de tranquillité.
- Ton père voudrait te voir. Avant de dire non…
- Non.
Tony soupira.
- Je peux te parler, s’il te plaît ?
- Tu peux essayer.
- Il veut t’acheter des tableaux
.

Alors ça c’était nouveau. Mon père possédait des quantités de toiles, mais ses goûts le portaient plutôt vers les marines et les coupes de fruits. Pour être honnête, je n’avais pas remis les pieds à la maison depuis des années, et, entre-temps, il avait peut-être réuni une collection majeure d’art contemporain ; si ça se trouvait il avait engagé Julian Schnabel pour dessiner son papier peint et Richard Serra sa vaisselle. Mais j’avais la nette impression que Tony devait faire des efforts pour garder son sérieux.

- Tu peux rire, lui dis-je. Je te donne la permission. Je ne dirai rien.
- C’est une proposition à 100% sincère.
- Et moi qui croyais que tu étais à court de prétextes. Bien joué !
- Ce n’est pas un prétexte. Il veut que tu viennes à la maison. Tu n’as qu’à le considérer, pour l’occasion, comme un simple client.
- Si c’est un simple client, il n’a qu’à passer à la galerie comme tout le monde.
…/…
(Page 227 – Édition France-Loisir)

*

0a21.bmp

Jesse KELLERMAN

L’auteur, américain, né en 1978,
est le fils des écrivains Jonathan et Faye Kellerman
Ce texte est son premier publié en France

*

0a111.gif0a5.gif0a111.gif

*

Lorsque Ethan Muller, propriétaire d’une galerie, met la main sur une série de dessins d’une qualité exceptionnelle, il sait qu’il va pouvoir se faire un nom dans l’univers impitoyable des marchands d’art…./…c’est le travail d’un génie. La mécanique se dérègle le jour où un flic à la retraite reconnaît sur certains portraits les visages d’enfants victimes, des années plus tôt, d’un mystérieux tueur en série…/…
(Extraits de la 4ème de couverture)

*

0a7.bmp0a4.bmp0a9.bmp

*

Intéressant si on veut un peu connaître
 le milieu des marchands d’Art.
(Récit  pas assez « charpenté »/brouillon, parfois, à mon goût)

*

5294701kpyd7jl1111.gif



PAPILLON…russe…

*
***
*

Un papillon

sous la neige

*
***
*

0a1.gif0a1.gif0a1.gif

*

*

…/…
Jen l’accusait de se punir. Mais Drew aimait cette vie réduite à l’essentiel. Elle avait compris qu’on se satisfaisait de peu, tout comme on n’avait réellement besoin que de quelques amis proches et d’une seule passion -pas forcément pour une personne – d’ailleurs.
Ce n’était pas qu’elle ne croyait pas à l’amour ; simplement elle n’y croyait plus pour elle. Et si elle avait, les premières années qui avaient suivi son arrivée à Boston, partagé son lit avec des hommes charmants, elle avait peu à peu pris l’habitude  de considérer sa chambre comme un lieu de solitude et de silence. Le beau couvre-lit en coton violet foncé qu’elle avait acheté en s’installant dans l’appartement s’était décoloré. Chaque fois qu’elle changeait les draps, elle se disait qu’il était temps de le remplacer.

En vérité, elle sentait toujours une distance entre elle et les autres. Même lorsqu’elle était mariée, elle n’avait jamais l’impression, en dépit de ses aspirations, d’être la partenaire d’Eric. Ils avaient beaucoup d’amis en commun depuis l’université, et, après la rupture, Drew avait coupé les ponts avec la plupart d’entre eux. Aujourd’hui encore…/…
(Page 65)

Daphné KALOTAY

(Traduit de l’anglais/USA par Alice Delarbre)
Éditions France Loisirs

*

0a21.jpg

*

Du Moscou  des années 1950 à Boston  aujoiurd’hui,
le tumultueux destin d’une ballerine
passions, secrets et trahisons,
une belle saga romanesque qui mêle émotions et mystères
(Extrait 4ème de couverture)

*

 0a10.gif    0a17.gif   0a10.gif

*

Une histoire prenante
il faut se gendarmer pour éteindre avant d’avoir fini la lecture …

*
***
*

5294701kpyd7jl1111.gif



Amour d’une SOEUR ?

*
***
*

A TOI MA SOEUR

*

0a3.bmp0a1.jpg0a3.bmp

*

…/…
Tandis que je  regagnais Chepstow Road en voiture, je me suis demandé combien de fois il t’avait suivie pour te mitrailler ainsi. Avait-il recommencé après que tu l’avais laissé au parc, le jour de ta mort ? Je me suis arrêtée pour examiner les photos. Elles te montraient toutes de dos, au milieu d’un décor estival, automnal, ou hivernal, et dans des tenues qui allaient du T-shirt à la veste et à l’épais manteau. Il avait dû te suivre durant des mois. Mais il n’y avait aucune photo de toi dans un parc enneigé.

Je me suis souvenue que, pour les habitants de l’île de Bequia, il est possible de maudire quelqu’un en fixant sa photo sur une poupée vaudoue. Le procédé est à leurs yeux aussi efficace qu’en utilisant le sang ou les cheveux de la victime.

De retour à l’appartement, j’ai découvert une bouilloire toute neuve dans la cuisine. Todd était dans la chambre et, en le rejoignant, je l’ai surpris en train d’essayer de vriser l’un de tes tableaux « psychotiques ». La toile était trop solide cependant et refusait de céder.

- Qu’est-ce que tu fabriques ?
- Ils ne…/…

(page 251 – Ed France Loisirs)

*

0a2.bmp

Rosamund Lupton
(traduit de l’anglais par Valérie Bourgeois)


Il s’agit d’un premier roman.
Les amateurs de « crimes » dans les milieux médicaux seront comblés.

*

0a11.jpg

*

A Londres, une jeune femme enquête envers et contre tous pour découvrir la vérité sur la mort de sa soeur. Un suspense terrifiant et bouleversant sur la force indestructible des liens fraternels.
(Extrait de la 4ème de couverture).

*

5294701kpyd7jl1111.gif

*



1...45678...16

Thoughts... |
livres d'occasion bouquinsd... |
marcloupias |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Stephan LEWIS - fantastique
| silentenigma
| Au fil des mots