SHANGHAI…Démons ?

*
***

Les Démons de Shanghai

***
*

0a22.jpg0a11.bmp0a22.jpg

*

…/…

Durant tout le mois de février 1932, les combats se poursuivirent dans Shanghai et dans un rayon d’une quinzaine de kilomètres autour de la ville…/…

L’afflux des réfugiés, géré au mieux par le municipalité, posait des problèmes d’une autre ampleur. Un impôt de solidarité avait été levé. Des centres d’accueil avaient été installés dans toute la ville…/…

Mais tout cela s’arrêta également pour Paul dans la soirée du 30 mars.
Ce jour-là, Tatiana ne rentra pas. Ni les soirs suivants.
Le silence retomba sur le grand appartement ou les rires s’étaient tus, et où le champagne avait subitement pris un goût amer.
Paul replongea dans sa solitude…/…

- Ne désespérez pas, lui dit Mackenzie en serrant Camille contre lui.
- Je n’espère plus, murmura Paul.
Camille ne disait rien. Elles les observait de ses grands yeux verts et tristes.
Au moment de se mettre au li, elle demanda seulement :
-Elle revient quand, Bao ?
(pages 105/108)

*

Ericle Nabour
roman
(Presses de la Cité)

*

0a4.jpg

*

Né à Caen, Eric le Nabour est l’auteur de nombreux ouvrages historiques, romans et biographies.
Il a publié aux Presses de la Cité, dans la collection Sud Lointain :
Orages sur Calcutta
, peinture de l’Inde mystérieuse.

*

0a14.jpg0a71.bmp0a81.bmp0a102.jpg

*

Shangai, la ville de tous les excès et de tous les plaisirs.

Pour Paul Vincenot, elle aura le goût de tous les dangers : trahison, opium, triade chinoise…

Tai pan (grand patron), son mariage avec une épouse opiomane et volage va à la dérive ;
il est prêt à quitter la ville pour sauver sa famille…
jusqu’à un coup de foudre pour May Lin…qu’il veut libérer de son souteneur….
(Extrait de la 4ème de couverture)

*

0a19.jpg0a18.jpg

*

De bons moments de lecture !

*
***
*

0a5.gif

 

*



Objectif ?…MINCEUR !

*
***

Programme pour maigrir

semaine après semaine

***
*

0a6.jpg0a21.bmp0a6.jpg

*

Vous venez de décider d’entamer un régime et vous ouvrez pour la première fois votre semainier.
Le nombre de pages ne doit pas vous décourager../…
il vous faudra respecter les 4 principes de base…

1 – Ce régime est interactif.
(pas de menus…le patient apprend à gérer lui-même les aliments)
…/…

2 – Le régime préserve l’équilibre alimentaire
(diversification et mélange fibres-protéine-sucre)
…/…

3 – Ce régime ne vous impose pas de changer radicalement vos habitudes
(3 types de semaines 1400- 900 – 1600 calories par jour)
…/…

4 – L’équipement minimum
(balance, mètre, carnet, table des calories)
…/…
(pages 6 et 7)

*

Dr Jean-Michel COHEN
Éditions Le grand livre du mois

*

0a92.jpg0a92.jpg0a92.jpg

*

Comment maigrir
et rester mince au fil de l’année ?

Le Dr J.M. Cohen, nutritionniste reconnu, a mis au point un programme d’amaigrissement et de stabilisation en trois phases
(confort, booster et consolidation) personnalisable à l’infini.
…/…
(Extrait de la 4ème de couverture)

*

0a12.gif

*



PAPE…Pourpre ?

*
***

Le PAPE

Sur le seuil du Vatican

***
*

0a111.bmp

*

Je parle à la Cité, je parle à l’Univers.

Écoutez, ô vivants de tant d’ombre couverts,
Qu’égara si longtemps l’imposture servile,
Le sceptre est vain , le trône est noir, la pourpre est vile.
Qui que vous soyez, fils du Père, écoutez tous.
Il n’est sous le grand ciel impénétrable et doux
Qu’une pourpre, l’amour ; qu’un trône , l’innocence.
L’aube et l’obscure nuit sont dans l’homme en présence
Comme deux combattants prêts à s’entre-tuer :
Le prêtre est un pilote ; il doit s’habituer
A la lumière afin que son âme soit blanche ;
Tout veut croître au grand jour, l’homme, la fleur, la branche,
La pensée ; il est temps que l’aurore ait raison ;
Et Dieu ne nous a point confié sa maison,
La justice, pour vivre en dehors d’elle, et faire
Grandir l’ombre et tourner à contre-sens la sphère.

Je suis comme vous tous, aveugle, ô mes amis !
J’igore l’homme, Dieu, le monde ; et l’on m’a mis
trois couronnes au front, autant que d’ignorance.

Celui qu’on nomme un pape est vêtu d’apparences ;
Mes frères les vivants me semblent mes valets ;
Je ne sais pas pourquoi j’habite ce palais ;
Je ne sais pas pourquoi…/…
(scène 1 – page 1033 – tome 15e)

Victor HUGO
Oeuvres complètes

*

0a23.jpg

*
***
*

Victor Hugo, né le 26 février 1802
 » Ce siècle avait deux ans… »
jamais baptisé…pour l’enseignement laïque…mais doté d’une foi profonde et d’un questionnement que l’on retrouve dans nombre de ses oeuvres…
reproche à l’Église le carcan qu’elle impose.
Ainsi fera-t-il dire à Olympio:
« Les dogmes et les pratiques sont des lunettes qui font voir l’étoile aux vues courtes. Moi je vois Dieu à l’œil nu »

Adhérant à des mouvements anticléricaux…
il croit cependant en un Dieu souffrant et compatissant…force infinie créatrice de l’univers et à l’immortalité de l’âme.

Sa quête spirituelle l’entraîna à explorer d’autres voies…
Coran, druidisme, spiritisme…

Vous trouverez souvent de ses vers dans mes blogs,
catégorie poésie/poèmes.

0a83.jpg

*

HUGO ?

Grand poète et dramaturge
ses vers sur la Religion, l’Europe, les Humains, etc.
sont toujours d’une acuité remarquable !

*
***
*

0a10.gif   0a4.gif   0a10.gif

*



CONTAGION…naturelles ?

*
***

CONTAGION

***
*

0a2.bmp0a1.bmp0a2.bmp

*

 

- Êtes-vous ici en mission officielle ? Demanda sèchement Cheveau.
Si c’est le cas, j’aimerais savoir pourquoi vous n’avez pas eu la politesse élémentaire de venir me voir à mon bureau eu lieu de venir fouiner ici. Il se passe des choses très graves à l’hôpital, et le laboratoire se trouve au centre des évènements. Je ne tolérerai d’ingérence de personne, sachez-le !

- Houlà ! Calmez-vous, dit Jack d’un ton qu’il voulait apaisant.
Jamais il ne se serait attendu à une telle réaction de la part de Cheveau, qui s’était montré si accueillant la veille.

- Et ne me dites pas de me calmer ! riposta le directeur. Vous pourriez me dire ce que vous fabriquez ici ?

- Je ne fais que mon travail ; j’enquête sur la mort de Katherine Mueller et de Susanne Har. Je n’ai pas du tout le sentiment de m’ingérer dans vos affaires, j’ai même l’impression d’agir avec la plus grande discrétion.

- Vous cherchez quelque chose en particulier dans mon laboratoire ?

- J’examinais seulement un test de gram…./…
(page 145)

*

Robin COOK
(traduit par Bernard Ferry)
Éditions Livre de poche

*

0a91.jpg0a91.jpg0a91.jpg

*

Chirurgien de formation, Robin cook, qui vit en Floride,  a fait de l’univers médical et hospitalier, qu’il connaît parfaitement, le cadre et le sujet de ses thrillers :
Fièvres, Vertiges, Manipulations, Avec intention de nuire, Cure fatale, etc.

*

0a6.bmp0a101.jpg0a8.bmp0a7.bmp

*

Nos dirigeant devraient refuser que le système de soins s’inscrive dans la logique du marché, et s’inquiéter du chaos, toujours dû au marché, dans lequel s’enfonce notre système de santé tout entier.

Jerome P. Kassirer
New England Journal of Medicine
1995, vol 333, n°1,p.50

*

0a18.gif

*

Après la mort tragique de sa femme et de ses filles, John Stapleton, devenu médecin-légiste à New York, n’attend plus rien de la vie.

Il va pourtant être arraché à l’indifférence et aux cynisme par une série de décès inexplicables…/…

Tous étaient soignés dans les hôpitaux géré par la puissante société d’assurances …/…
(Extrait de la 4ème de couverture)

*

0a16.gif

*

Une écriture fluide, une intrigue documentée-prenante,
des péripéties multiples et une fin inattendue…
un livre qu’on ne quitte qu’une fois la lecture terminée !

*

0a16.gif

*



RODRIGUE…coeur ?

*
***

LE CID

***
*

0a82.jpg0a82.jpg0a82.jpg

*

Chimène

Quoi ! Rodrigue, en plein jour ! d’où te vient cette audace ?
Va, tu me perds d’honneur ; retire-toi, de grâce.

Don Rodrigue

Je vais mourir, Madame, et vous viens en ce lieu,
Avant ce coup mortel, dire un dernier adieu ;
Cet immuable amour qui sous vos lois m’engage
N’ose accepter ma mort sans vous en faire hommage.

*

- Tu vas mourir !
- Je cours à ces heureux moment
Qui vont livrer ma voie à vos ressentiments.

*

- Tu va mourir ! Don Sanche est-il si redoutable
Qu’il donne l’épouvante à ce coeur indomptable ?
Qui t’a rendu si faible, ou qui le rend si fort ?
Rodrigue va combattre, et se croit déjà mort !
Celui qui n’a pas craint les Mores, ni mon père,
Va combattre don Sanche, et déjà désespère !
Ainsi donc au besoin ton courage s’abat !

*

- Je cours à mon supplice, et non pas au combat ;
Et ma fidèle ardeur sait bien m’ôter l’envie,
Quand vous cherchez ma mort, de défendre ma vie.
J’ai toujours même coeur ; mais je n’ai point de bras
Quand il faut conserver ce qui ne vous plaît pas.
Et déjà cette nuit m’aurait été mortelle,
Si j’eusse combattu pour ma seule querelle ;
Mais défendant mon roi, son peuple et mon pays,
A me défendre mal je les aurais trahis.
Mon esprit généreux ne hait pas tant la vie,
Q’uil veuille sortir par une perfidie.
Maintenant qu’il s’agit de mon seul intérêt,
Vous demandez ma mort, j’en accepte l’arrêt.
Votre…/…
(Acte V – scène 1)

*

CORNEILLE
(Nouveaux classiques illustrés – Hachette)

*

0a72.jpg

*

Le Cid   est la pièce la plus célèbre du théâtre français et de Corneille.
On pourrait même dire qu’elle le fut dès sa première représentation fin 1936, l’année de son écriture.

Il y a quelques années, Gérard Philipe  s’est assuré avec ce rôle un extraordinaire succès, démontrant que le vieux chef d’oeuvre était toujours vivant.

Il pose les plus hauts problèmes humains.
Chimène  et  Rodrigue, un couple sportif et brillant.
Leurs doubles et rivaux : l’Infante  et don Sanche.
Leurs pères. Le Roi et la cour. Les gouvernantes.

*

0a12.jpg

*

Cette pièce fut adaptée au cinéma
avec les stars

Sophia Loren  et  Charlton Heston

*

0a23.bmp0a23.bmp

*

Article complémentaire

http://osee.unblog.fr/2009/07/31

*
***
*

0a161.gif

*



MEURTRE…folie ?

*
***

MEURTRE EN SOUS-SOL

***
*

0a9.jpg0a101.bmp0a9.jpg

*

…/… 

Elle était assise dans l’autobus. Il était rempli de gens, mais elle ne les voyait pas vraiment. Ils étaient là, mais elle se sentait coupée d’eux.. ; à part. Comme si elle faisait partie d’une histoire, et eux d’une autre, et que ces histoires n’avaient rien à voir enter elles. Comme s’il y avait une sorte de vitre entre elle et eux, entre son état de conscience et le leur, sans aucune possibilité de communication.

Il y avait de l’argent dans son porte-monnaie. A l’arrivée du contrôleur, elle sortit une pièce de deux shillings pour payer son ticket. Curieusement, au moment de sortir l’argent, elle ignorait totalement combien elle devait payer. Puis, tout d’un coup, cela lui revint, et ce qui avait comme comme une vague aventure débouchait sur un geste machinal, trop familier pour mériter une réflexion consciente.

Quand l’autobus s’arrêta à la gare, elle descendit et regarda autour d’elle. Il aurait dû y avoir des bagages. Elle partait en voyage, or cela ne se faisait pas sans bagages. Cette pensée la déconcerta…
(chapitre II –page 12)

*

Patricia Wentworth
(traduit de l’anglais par Roxane Azimi)
Editions 10/18

*

Romancière britannique née en Inde (1878), morte en 1961 ;
auteur de plus d’une trentaine de romans policiers
publiés entre 1928 et 1961
réédités dans la collection Grands détectives – Editions 10/18

*

0a5.jpg0a3.jpg0a21.jpg0a11.jpg

*

Elle ne sait pas qui elle est.
Elle ne sait pas d’où elle vient.
Elle sait seulement qu’elle s’appelle Anne…/…
Seule Miss Silver sera capable de démêler l’inextricable écheveau du passé d’Anne qui dissimule le véritable mobile du meurtre.
(Extrait 4ème de couverture)

*

0a15.gif

*



V’LA…du show ?

*
***

V’là autre chose !

***
*

0a10.bmp

*

…/… 

Plus tard, en rentrant chez elle, elle écouta dans sa tête ce qu’il lui avait dit.
Elle effrayait les lecteurs, surtout des enfants…elle n’avait pas l’air en bonne santé…elle devrait aller voir un médecin…tout de suite…
Voulait-elle qu’il lui prenne un rendez-vous ?
Le signal lumineux rouge se mit à clignoter.
Un rendez-vous avec qui ?
Elle continua à marcher d’un pas chancelant, et ses idées commencèrent à s’éclaircir. La chaleur peut-être ? Ou une rechute de grippe ?
La supposition lui donna de nouveau envie de rire, mais elle réussit à s’arrêter avant que son propre chevrotement hystérique ne l’agace.
Les événement de l’après-midi devenaient brumeux comme dans un rêve.
Peut-être…/…

L’article dans le journal disait que le conducteur de la locomotive l’avait vue traverser la ligne de chemin de fer alors que les barrières avaient déjà commencé à s’abaisser…./…

L’enquête révéla qu’un peu plus tôt dans la journée, la suicidée avait eu au travail un étrange comportement. Elle vivait seule et n’avait jamais montré aucun signe de dépression…/…
(pages 11-12)

*

Nancy Star
(traduit par Aline Sainton)
Éditions Liana Levi

*

Nancy Star a travaillé plusieurs années pour des studios de télévision américains.
Comme son héroïne, elle a traqué des histoires sensationnelles, côtoyé les personnages les plus invraisemblables, dû maîtriser son stress et celui des autres…/…
Elle se consacre maintenant à l’écriture dans la quiétude du New Jersey, où elle vit avec son mari et ses deux filles.

*

0a15.gif

 

*

Coûte que coûte il faut assurer !…/…
Aussi May est-elle prête à affronter les états d’âme de la jeune fille au pair, et les délires des invités de l’émission et de leurs proches.
Il est cependant des événements auxquels aucune femme, même productrice de talk-shows, ne s’attend à être confrontée…
(Extrait de la 4ème de couverture)

*

0a5.gif

*



C…à REBOURS ?

*
***

Le Compte à rebours

***
*

0a1.jpg0a1.jpg0a1.jpg

*

…/…
Dans toute société, la responsabilité est la condition de survie. C’est d’elle qu’il faut repartir pour nous définir face à cet avenir inquiétant.
Quelles sont ses exigences ?

C’est tout d’avord le sens de la réalité.
« Facts and figures » comme disent les Anglo-Saxons : voilà la base de tout.
Les faits sont grossiers jusqu’à l’indécence, les chiffres prosaïques juqu’à la vulgarité mais ils sont ce qui est. Ils auront toujours le dernier mot…/…

La deuxième exigence, c’est le principe d’action.
Il repose sur la distinction entre ce qui dépend de nous, sur quoi on agit, et ce qui ne dépend pas de nous mais en fonction de quoi on se détermine…/…

La troisième exigence, c’est l’intérêt général.
Au delà des querelles partisanes et des divergences d’intérêts, il doit exister un bien commun à tous. Faute de quoi la communauté perd son sens et se dissout.

La quatrième exigence, c’est le souci de l’avenir…/…

La cinquième, c’est la cohérence.
On ne peut vouloir une chose et son contraire…/…

Le sixième, c’est le courage.
Le pouvoir qui regarde en face la réalité et l’avenir, qui travaille dans l’intérêt général et dans le cohérence a toutes les chances de proposer une politique impopulaire…/…

A l’inverse, faire passer la réalité pour une simple option politique, et la volonté politique pour une potion magique, telle est l’école de la déresponsabilisation.

Cet art de notre démission dans l’enflure des mots et les débordements de l’idéologie a été parfaitement identifié…/…
(page 248/248)

François de Closet
(Éditions Fayard – Livre de poche)

*

0a2.jpg

*

Diplômé de Sciences-po (1958)François de Closets est entré comme journaliste à l’AFP (1961)avant de partir comme envoyé spécial en Algérie pour couvrir « les évènements« .

Spécialisé dans l’information scientifique, depuis une quinzaine d’années il se consacre à l’écriture pour évoquer les grands problèmes contemporains.
Plusieurs de ses livres ont eu un grand retentissement :
Le bonheur en plus, La France et ses mensonges, Le Système EPM, Toujours plus, etc.

En 1997 il a reçu le prix Roland Dorgelès récompensant une personnalité de la télévision s’exprimant le mieux en Français.

*

0a7.jpg0a8.jpg0a10.jpg0a15.jpg

*

Le compte à rebours est commencé.
Si rien ne change en France face au chômage, à l’exclusion, à un déficit budgétaire chronique, à cette « fracture sociale » tant déplorée et qui ne cesse de s’élargir, l’intégration à l’Europe sera compromise, et nous connaîtrons alors une crise majeure de toute notre société.
Pourtant la France a des atouts…./…
Comment ?
…/…
Vivant, incisif, dérangeant, bourré d’informations des faits, de chiffres, d’arguments, ce nouvel essai est une passionnante radioscopie de la crise française et de ses issues possibles.

(Extraits 4e de couverture)

*

0a17.gif   0a19.gif    0a17.gif

*



KIERKEGAARD…vivant ?

*
***

KIERKEGAARD

Colloque de l’Unesco
Paris 21/23 avril 1964

***
*

0a7.jpg0a22.jpg0a7.jpg

*

*

Kierkegaard vivant
et la véritable signification de l’histoire

*

On sait que l’activité littéraire de Kierkegaard commence avec

« Le concept de l’ironie ».

Or l’ironie a une visage ambigu.
D’une part, elle exprime la signification de la vie en tant qu’aspiration à l’infini mais l’infini étant inaccessible, l’ironie met en évidence une impossibilité.
D’autre part, on reconnaît à la vie une signification et c’est cette signification qui, bien qu’inaccessible, donne à la vie son sens et son orientation.

On peut donc dire que toute l’oeuvre de Kierkegaard est tributaire du Concept de l’ironie, dans la mesure où elle apparaît une une phénoménologie de l’impossibilité pour la vie à coïncider avec sa propre signification …/…
(page111 -Enzo Paci)

*

IDÉES
Éditions Gallimard

*

0a11.bmp0a31.jpg

*

A l’occasion de centenaire de Kierkegaard, l’Unesco avait organisé une manifestation.
Ce livre en réunit les discours/discussions.

0a5.jpg

*

La vie doit être vécue

en regardant vers l’avenir,

mais elle ne peut être comprise

qu’en se retournant vers le passé.

K.

*
***
*

0a5.gif

*



Le PIRE ?…Sûr ?

*
***

CRAINS le PIRE

***
*

0a21.jpg0a1.bmp0a21.jpg

*

…/…
Je pensais au coffre.
Jennings m’a coulé un regard en coin….
J’ai  fermé les yeux un instant, puis les  ai rouverts, pour observer les arbres défiler tandis que nous suivions la route sinueuse entre Milford et Berby, un trajet d’une vingtaine de minutes.

- Où est la voiture à présent ?
Je me figurais un labo de police scientifique de la taille d’un hangar à avions, où des techniciens en combinaison protectrice la passaient au crible à la recherche d’indices.

- Dans un enclos où ils mettent les véhicules embarqués pour stationnement interdit,a expliqué Jennings. Ils ont entré le numéro d’immatriculation dans le système informatique, voilà pourquoi ils m’ont prévenue. Je n’ai même pas encore vu la voiture. Vous la connaissez, vous pourrez me dire si vous remarquez quoi que ce soit d’anormal.

- Bien sûr.

Tout était anormal dans cette histoire. Ma fille avait disparue. Au cours des dernières semaines j’avais parfois tenté de me réconforter avec la pensée que, même si Syd avait fugué, il ne lui était pas forcément arrivé quoi que ce soit…/…
(Page 82)

*

Linwood Barclay
(Traduit par Maricke Merand-Surtel)
Editions France Loisir

*

0a9.jpg

*

L’auteur d’origine américaine vit à Toronto, avec son épouse et leurs 2 enfants.
Après une carrière de journaliste, en 2008, il a décidé de se consacrer à l’écriture.
Cette nuit-là (2009)fut un best-seller traduit en plus de 20 langues
.

*

0a15.gif

*

Quatrième de couverture
Votre fille de 17 ans part un bon matin pour son petit boulot d’été…./…
Mais elle ne rentrera pas…/…
Pour Tim Blake, le père de Syndey, une seule mission : la retrouver à tout prix. Un coup de fil mystérieux, des individus menaçants, des meurtres…et la vie sans histoire de Tim bascule dans un engrenage incompréhensible et totalement terrifiant…/…

*

0a14.gif

*

Une agréable soirée de lecture

Un policier qui vous fait
oublier quelques heures vos soucis
.

0a16.gif

*



123456...16

Thoughts... |
livres d'occasion bouquinsd... |
marcloupias |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Stephan LEWIS - fantastique
| silentenigma
| Au fil des mots