GERVAISE…malaise ?

*
***

L’Assommoir

***
*

0a51.bmp

*
***

Ce furent quatre années de dur travail. Dans le quartier, Gervaise et Coupeau étaient un bon ménage, vivant à l’écart, sans batteries, avec un tour de promenade régulier le dimanche, du côté de Saint-Ouen.
La femme faisait des journées de douze heures chez madame Fauconnier, et trouvait le moyen de tenir son chez elle propre comme un sou, de donner la pâtée à tout son monde, matin et soir.
L’homme ne se soûlait pas, rapportait ses quinzaines, fumait une pipe à sa fenêtre avant de se coucher, pour prendre l’air.
On les citait, à cause de leur gentillesse. Et comme ils gagnaient à eux deux près de 9 francs par jour, on calculait qu’ils devaient mettre de côté pas mal d’argent.

Mais, dans les premiers temps surtout, il leur fallut joliment trimer, pour joindre les deux bouts. Leur mariage leur avait mis sur le dos une dette de deux cents francs. Puis, il s’abominaient,  l’hôtel Boncoeur ; ils trouvaient ça dégoûtant, plein de sales fréquentations ; et il rêvaient d’être chez eux, avec des meubles à eux…./…
( Volume 7 – Chapitre IV – page 135)

*

0a6.jpg

Emile ZOLA

Les Rougon-Macquart
Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le second empire
Éditions France Loisirs
*
Les 20 volumes apportèrent
gloire et postérité à l’auteur journaliste-écrivain
Beaucoup furent adaptés au cinéma, dont ce tome.

*

0a7.jpg

*

L’Assommoir était un bar, rue Poissonnière à Paris en 1870.
C’est là que ce noue le destin tragique de Gervaise.

*

0a4.jpg

*

« L’Assommoir est rouge et noir.
L’Assommoir flambe et hurle de toutes les  femmes et de toutes les cacophonies de l’enfer.
L’Assommoir est un livre d’horreur et d’épouvante, un livre terrible, le plus terrible livre qui fut peut-être jamais écrit.
Merci, monsieur Zola. »
Cavanna

*
***
*

5294701kpyd7jl1111.gif

*



VIVRE sa vie…

*
***

L’homme qui voulait

vivre sa vie…

***
*

0a12.bmp

*
***

Ce matin-là, j’étais allé droit vers sa chaise, j’avais posé une main sur son épaule, et j’allais tenter de déposer un baiser sur sa tête quand elle avait sursauté et s’était dégagée d’un geste brusque.

« Bon sang, Beth… ». Elle faisait comme si je n’étais pas là, continuant à enfourner dans le bouche de Josh des cuillerées de mélasse orange qu’elle puisait dans un pot d’aliments pour bébés Heinz. « Ça, ça me dépasse. Ça me dépasse complètement. »

- Vraiment ? avait-elle commenté sans me regarder.
- Oui, vraiment.
- Dommage.
- Et ça veut dire quoi, ça, bordel ?
- Réfléchis.
- Pourquoi tu fais ça ?
- Je ne fais rien du tout !
- Me tourner le dos depuis des mois, me traiter comme une sous-merde…C’est rien, ça ?
- Je ne veux pas avoir cette discussion maintenant.
- C’est ce que tu dis toujours, toujours à t’esquiver à la moindre putain d’…
- PAS MAINTENANT !

Il y avait du danger, et sérieux, dans sa voix. Le silence s’était installé. Adam avait la tête baissée sur ses céréales, qu’il remuait d’une cuillère accablée. Et moi, j’étais resté planté là comme un crétin, finissant tout de même par comprendre que je n’avais rien d’autre à faire que m’en aller. Alors, j’avais embrassé les gosses, attrapé mon porte-documents et lancé à la cantonade :
« Je risque d’avoir un rendez-vous à cinq heures et demie.

- Pas grave. Fiona reste tard, ce soir.

Fiona la nounou irlandaise qui s’occupait d’Adam et de Josh.

- D’ac. Je t’appelle dans la journée.
- Je ne serai pas à la maison.
- Ha, tu as quelque chose de particulier, aujourd’hui ?

J’avais posé la question pour la forme, sans vraiment attendre une réponse…/…
(page 38/39)

Douglas KENNEDY
(Traduit par Bernard Cohen)
Editions France Loisirs

*

0a8.jpg

*

Né à Manhattan en 1955
à 22 ans il va en Irlande où il fonde une compagnie de théâtre.
Puis, à 25 ans, il décide de se consacrer à l’écriture
tout en vivant du métier de journaliste.
L’homme qui voulait vivre sa vie
lui donne la consécration internationale.
Depuis il enchaîne les best-sellers.

*

0a3.bmp0a22.bmp

*

Un film a été tiré de ce roman
(bande annonce en page vidéos)

*
***

5294701kpyd7jl1111.gif



SUD blessé…?

*
***

Fausse-Rivière

***
*

0a1.bmp

*

- Comment cela ?  fit le général Tampleton .

- Lincoln a sans doute sauvé la vie de bon nombre de propriétaires d’esclaves. En proclamant l’abolition de l’esclavage, il a désamorcé toutes les révoltes noires qui n’auraient pas manqué d’éclater à l’approche des armées fédérales. Si nos esclaves n’avaient pas cru que la liberté leur était d’avance octroyée par la loi, ils auraient tenté de la prendre. Croyez-moi, Lincoln a rendu inutile et condamnable la violence envers des maîtres qui, déjà, ne l’étaient plus !

- Votre point de vue est original, Dandrige, mais je pense personnellement que la proclamation de l’émancipation dans les États repris par l’Union a, au contraire, encouragé les fugues et stimulé la désobéissance des esclaves dans les États restés fidèles à la Confédération. Cela dit, l’assassinat de Lincoln ne m’a pas réjoui, bien que j’aie souffert une grande honte quant je le vis le 4 avril se pavaner dans Richmond, notre capitale.

- Ayant gagné la guerre, reprit Dandrige, il ne pouvait plus souhaiter, pour exhausser sa propre gloire, que ramener la paix et la prospérité dans l’ensemble de l’Union.
A mon avis, il était…/…
(page 72)

Maurice DENUSIERE
Louisiane Tome 2
Éditions Claude Lattès 1979

*

0a5.jpg0a2.bmp0a7.bmp

*

1885 Le vieux Sud a été ravagé par la guerre de Sécession.
Fausse-Rivière  est l’histoire de sa reconstruction, à travers de celle de Bagatelle, le grand domaine cotonnier des bords du Mississipi.///…
(Extrait de la 4ème de couverture)

*

0a6.bmp0a14.bmp0a10.jpg

*

Une saga agréablement instructive sur cette Terre lointaine
qui fut un temps colonie française
Joli cadeau de Noël…

*
***
*

5294701kpyd7jl1111.gif

*
***
*



DIABLE en tête ?…

*
***

Le diable

en tête

***
*

0a13.gif0a14.gif0a13.gif

*
***
*

Cher Jean !
Me croit-il si bête, vraiment ? Si aveugle ? Si dupe de ses manèges, de ses mensonges de collégien ?
Hier, cette communication interrompue quand je suis entrée dans son bureau…
La veille, le coup du « Allô .. ? âllô…qui est là ? je vous écoute ! non, chérie c’était une erreur… »
Sa façon si touchante de se pomponner, de se parfumer, d’essayer à toute force de cacher sa calvitie, les soirs où il va « la » retrouver…
Et puis tout à l’heure, le bouquet : cette « réunion de groupe«   pour laquelle il a eu le culot de mettre le smoking moiré que je lui ai moi-même offert l’an dernier, pour sa fête.

Là, pourtant, c’était trop…
C’était la limite à ne pas  franchir…
Et je n’ai pas pu m’empêcher de lui lancer, d’une voix un peu plus acide que je ne l’aurais voulu « que c’est vraiment pas la peine de se donner tant ce mal…que j’avais tout compris depuis longtemps…mais que la seule chose qui me chagrinait c’était de le voir, mettre, dans ces « occasions » les somolings que, etc ».

Oh sa tête, sa stupeur ! Ses protestations d’innocence si véhémentes !
Et cette façon bravache qu’il a eu de me dire « qu’il allait tout annuler dans ce cas…rester à la maison…si ça pouvait me prouver que c’était vraiment à une réunion de groupe qu’il comptait aller… »

Je ne suis pas méchante, d’habitude. Mais je dois dire que là, pour une fois, j’ai éprouvé un certain plaisir à le prendre au mot – et à l’observer, toute la soirée ensuite, nerveux, fébrile, et faisant de si louables efforts pour paraître naturel !
(page 108)

Bernard Henry-Lévy
(Editions Grasset) 

*

0a17.jpg0a17.jpg0a17.jpg

*

0a12.gif0a12.gif0a12.gif

*****
***
*
0a18.jpg

*
***
*****

0a16.gif

*
***
*****

5294701kpyd7jl1111.gif

*



Changer la MORT ?

*

0a10.bmp

*

CHANGER LA MORT

*

Le cancer, qu’est-ce que c’est ?

*

Qu’est-ce que le cancer?
Comme pour tout effort vers la connaissance, il faut partir du plus bas et monter les marches lentement.
D’abord, qu’est-ce qu’une tumeur ?
C’est une formation anormale de tissu, une excroissance à un endroit imprévu du corps. Nous fabriquons tous des tumeurs : un grain de beauté, un durillon, les petites taches foncées qui semblent salir les mains des personnes âgées sont des tumeurs.
Leur apparition n’est pas réservée à l’homme : les plantes aussi ont des tumeurs, par exemple ces proliférations noueuses visibles sur les troncs des arbres. Les poissons ont des tumeurs, les insectes, les grenouilles, les poules et, bien entendu, sous les mammifères, dont nous faisons partie.
Toues les crétures vivantes présentennt donc des tumeurs, à l’exception des êtres composés d’une seule cellule comme les bactéries et les protozoaires, car c’est leur identité même qui disparaîtrait.

Il existe deux groupes de tumeurs : les tumeurs bénignes, les tumeurs malignes…..
(page 61)

*

0a151.jpg

*

D’où naît la première cellule cancéreuse dont la descendance constituera, parfois des années plus tard, cette tumeur maligne, ce cancer qui prendra possession de  vous-même ? De la transformation d’une cellule normale sous l’effet d’influences extérieures : chimique, physique, virale ?
De la modificaiton de certaines cellules sélectionnées préexistantes, prêtes à la cancérisation, spécialement préparées génétiquement à recevoir cet appel diabolique ?
De cellules embryonnaires attardées qui n’attendent qu’un signe pour commencer leur marche maudite ?

Il existe sans doute de nombreuses causes différentes de cancer et nous en connaissons déjà quelques-unes…
(page 64)

*

0a171.jpg

*

Quatre traitements
1 – Enlever les cellules de l’extérieur, à l’aide du bistouri : c’est la chirurgie.
2 – Les brûler depuis l’extérieur, à l’aide des rayons : c’est la radiothérapie.
3 – Les tuer à l’intérieur, à l’aide de médicament : c’est la chimiothérapie.
4 – Aider l’organisme à s’en débarrasser lui-même : c’est l’immunothérapie.

En résumé : couper, brûle, empoisonner, éliminer.
(page 77)

Léon Schwartzenberg
Ed. Albin Michel

*

0a11.jpg

 

*

…/…Vive la vie, à bas la mort -seulement voilà : c’est important la mort, ne croyez-vous pas ? Mieux vaut savoir que subir, savoir avant de subir. Qu’ils sont nombreux à proposer, à promettre de changer la vie !
Pourquoi personne ne propose-t-il, ne promet-il de changer la mort ?

Léon Schwartzenberg  était professeur agrégé de cancérologie à l’hôpital Paul Brousse de Villejuif où il était responsable d’un service de chimiothérapie et d’immunothérapie du cancer.
(Extraits de la 4ème de couverture)
Article complémentaire : http://osee3.unblog.fr


*

0a12.jpg

*
***
*

En cette période estivale
pendant laquelle on aime prendre des bains de soleil
pas inutile de lire ce livre,  protéger sa peau
et faire vérifier ses grains de beauté !

*
***
*

5294701kpyd7jl1111.gif

*


 



L’AMANT…ment ?

*
***
*

L’ AMANT

Marguerite DURAS

*

0a172.jpg

*

…/…

Il a arraché la robe, il la jette, il a arraché le petit slip de coton blanc et il la porte ainsi nue jusqu’au lit. Et alors il se tourne de l’autre côté du lit et il pleure. Et elle, lente, patiente, elle le ramène vers elle et elle commence à le déshabiller. Les yeux fermés, elle le fait. Lentement. Il veut faire des gestes pour l’aider. Elle lui demande de ne pas bouger. Laisse-moi. Elle dit qu’elle veut le faire elle. Elle le fait. Elle le déshabille. Quand elle lui demande il déplace son corps dans le lit, mais à peine, avec légèreté, comme pour ne pas la réveiller.

*

0a111.jpg

*

La peau est d’une somptueuse douceur. Le corps. Le corps est maigre, sans force, sans muscles, il pourrait avoir été malade, être en convalescence, il est imberbe, sans virilité autre que celle du sexe, il est très faible, il paraît être à la merci d’une insulte, souffrant. Elle ne le regarde pas au visage. Elle ne le regarde pas. Elle le touche. Elle touche la douceur du sexe, de la peau, elle caresse la couleur dorée, l’inconnue nouveauté. Il gémit, il pleure. Il est dans un amour abominable.
En pleurant il le fait. D’abord il y a la douleur. Et puis après cette douleur est prise à son tour, elle est changée, lentement arrachée, emportée vers la jouissance, embrassée à elle.
…/…
(Éditions de Minuit - page 49/50)

*

0a141.jpg

 

*

Marguerite Duras  , née Marguerite Germaine Marie Donnadieu, est née le 4 avril 1914 à Gia Dinh (Saigon) alors Indochine française.

Morte le 3 mars 1996 à Paris, son oeuvre alliant diversité et modernité a renouvelé le genre romanesque et ses romans furent souvent adaptés au cinéma (Un barrage contre le Pacifique, l’Amant, Hiroshima mon amour  etc…).

Ses thèmes de prédilection furent : l’attente, l’amour, la sensualité féminine ou l’alcool.

*

0a25.jpg0a22.jpg0a20.jpg0a102.jpg0a26.jpg0a21.jpg

*

5294701kpyd7jl1111.gif



PROFITEURS de guerre…

*

Au bout de la nuit

*

0a93.jpg

*

…/…

Lukas hocha la tête.
- C’est la branche transport et sécurité de Ballentree, une partie importante de l’éventail de services que ces gens-là fournissent dans les zones de guerre. Tout ce dont vous pouvez avoir besoin outre-mer (gardes du corps, escortes, polices privées…) Ballentree est là pour vous le vendre. Ils travaillent dans des pays du monde où il n’y a plus de gouvernement en état de fonctionner.

- Des profiteurs de guerre,fit Jane.
- Et pourquoi pas ? Il y a énormément d’argent à gagner en temps de conflit. Pendant la guerre du Kosovo, les mercenaires de Ballentree ont protégé des chantiers. Ils supervisent actuellement des milices privées à Kaboul, à Bagdad, et dans plusieurs villes du littoral de la mer Caspienne. Tout cela aux frais du contribuable américain. Voilà comment Charles Desmond a financé son yacht.

- Je me suis gouré d’employeurmarmonna Jane. Si j’avais signé pour Kaboul, j’aurais un yacht.
- Tu n’aurais jamais accepté de travailleur pour ces gens-là, Jane,dit Maura. Pas en connaissance de cause.
- Parce qu’ils opèrent dans des zones de combat, tu veux dire ?

- Non,rétorqua Lukas.
Parce qu’ils ont partie liée avec des gens peu fréquentables. Chaque fois qu’une entreprise opère en zone de guerre, elle est amenée à s’allier aux mafias locales. Développer des partenariats est très commode, et du coup, les caïds locaux se retrouvent régulièrement à collaborer avec des entreprises comme Ballentree.
Il existe des marchés noirs pour toutes sortes de produits :  la drogue, les armes, l’alcool, les femmes…
Chaque guerre représente une occasion, un nouveau marché et tout le monde veut sa part du gâteau.
C’est pourquoi la concurrence est si féroce autour des contrats de défense.
Il n’y a pas que le contrat, il y a aussi la chance d’accéder au marché noir qui va avec
…/…

(Traduit par Hubert Tézenas - page 393)

*

0a71.jpg0a52.jpg0a61.jpg

*

Tess GERRITSEN

*

PROFITEURS de guerre... dans Best-seller 0a101C’est lors de son congé maternité pour son premier enfant que
Tess Garritsen,
alors médecin, commence à écrire des romans policiers.
Sa passion ne la quitte plus, elle arrête sa carrière médicale et fait alors ses preuves comme auteur de thrillers.

Régulièrement sur la liste des best-sellers, ses ouvrages sont souvent encensés par les plus grands maîtres du suspense.

*

0a21.jpg

*

Déclarée morte après une noyade et attendant d’être autopsiée, une inconnue se réveille brusquement à la morgue. Désormais bien en vie, la jeune femme abat un garde avant de prendre plusieurs personnes en otage dans l’hôpital.
Parmi elles, Jane Rizzoli, inspectrice de la criminelle enceinte de neuf mois.
Qui est cette inconnue ? Et que veut-elle ? Jane survivra-t-elle à cette longue nuit pour résoudre ce mystère ?
(Quatrième de couverture)

*

0a141.jpg

*

Roman qui vous tient…lu en une nuit.

*

5294701kpyd7jl1111.gif



EGYPTE…redécouverte ?

*

Le sacrifice des sables

*

0a51.jpg

*

…/…

Dans le désert, il n’y avait pas de place pour la peur.
Ni pour l’impatience.
Ni l’une ni l’autre ne pouvaient vous conduire ailleurs que là où vous vous trouviez déjà.

Autrefois, il lui était difficile de ne pas succomber à cette tentation, de ne pas tomber dans l’abîme qu’offrait l’espoir d’échapper au danger. Mais ce n’était pas plus une évasion que ne l’était la folie. Vouloir autre chose que ce que l’on possède équivaut à se laisser dépouiller de sa vie.

EGYPTE...redécouverte ? dans Best-seller 0a4Cette leçon, il l’avait apprise dans le désert, d’hommes qui vivaient là depuis plus de mille ans, et il était conscient de lui devoir ses succès professionnels.
Sa réussite n’était que le fruit d’une science plus profonde, reçue sans effort de ces êtres étranges qui avaient choisi de vivre une vie de reclus : les premier ermites sur terre.
Il avait consacré sa vie à les comprendre, à traduire du copte leurs vers profonds et austères.

Ces derniers temps, il était revenu au Caire plus souvent qu’à son habitude parce qu’avec le soutien de Charles Bastian, il s’efforçait de récolter des fonds pour ouvrir dans la capitale un musée copte.../…

David Lazar  persistait à ne pas comprendre l’évolution par laquelle était passé son ami Charles Bastian.

Anthony, lui, la comprenait.
Son amitié avec l’archéologue avait débuté en Haute-Egypte.
Il traduisait les écrits qu’il avait abandonné depuis le III° siècle tandis qu’à quelques kilomètre de là, très précisément à Oxyrhynchos, Bastian déblayait d’arides monticules des couches de sable qui les recouvrait et, sous l’infâme tas d’ordure de la ville, révélait au grand jour des trésors inconnus préservés depuis l’époque du Christ.
…/…
(page60/61 -Editions France Loisirs)

*

0a30.jpg

*

Tucker Malarkey

*

L’américaine Tucker Malarkey a travaillé pendant 4 ans comme journaliste au Washington Post avec de partir pour le Kenya.
Alors qu’elle ne devait y passer que 3 mois, elle ya vécu deux ans pendant lesquels elle a été enseignante.
A son retour, elle a participé à des ateliers d’écriture.
Ce livre est son 2ème roman, le premier traduit en français par Viviane Mikhalkov.

*

0a22.jpg0a29.gif0a18.jpg

*

Voilà le dernier livre entré dans ma bibliothèque
Celui que je lis depuis hier soir…

*

5294701kpyd7jl1111.gif



Pour qui sonne le glas

*

POUR QUI SONNE LE GLAS

*

0a5.jpg

*

- Autre chose, Ingles, dit Pilar aussi doucement que sa voix rauque le lui permettait. Cette histoire de la main…
- Quelle histoire de la main ? fit-il agacé.
- Non, écoute. Ne te mets pas en colère comme un gamin. A propos de cette histoire de la main…tout ça, ce sont de mes trucs de gitane, pour faire la maligne. Ça n’existe pas.
- Laisse tomber, dit-il froidement.
- Non, dit-elle d’une voix rauque et tendre. C’est un mensonge que j’ai fait. Je ne voudrais pas que tu t’inquiètes, un jour de bataille.
- Je ne m’inquiète pas, dit Robert Jordan.

Elle lui sourit de nouveau, avec un beau sourire franc de sa grande bouche aux lèvres fermes, et elle dit : « Je t’aime beaucoup, Ingles’

- Je n’ai pas besoin de ça maintenant, dit-il. Ni tu ni Dios.
- Oui, dit Pilar dans son chuchotement rauque. Je sais. Je voulais seulement te dire. Et ne t’en  fais pas. On s’en tirera tous très bien…/…
(Livre de Poche - page 416)

*

Ernest HEMINGWAY

*

0a7.jpg0a6.jpg0a8.jpg0a7.jpg

*

Ceci est le meilleur livre qu’Ernest Hemingway ait écrit, le plus complet, le plus prodond, le plus vrai.
Il sera, je pense, un des plus grands romans de la littérateur américaine.
Le talent s’est accru encore, et il s’y est ajouté une grandeur intérieure, un sens de la vie plus sûr et plus profond qu’il n’en faisait preuve auparavant.
Voilà l’oeuvre d’un artiste et d’un esprit parvenus à maturité.
Il y adans ce-livre les plus belles études de caractère qu’ait faites Hemingway.
Il a de la simplicité et de la puissance, de la délicatesse et de la force.

C’est le livre d’un homme qui connaît la vie et qui peut transmettre cette connaissance aux autres.
The new York  times

*

0a91.jpg

*

En plus du livre
(dans ma bibliothèque)
je garde un bon souvenir du film…

*

5294701kpyd7jl1111.gif



Le Livre de la SAGESSE

Le livre de la Sagesse

*

0a11.jpg 0a10.gif 0a11.jpg

*

Aimez la justice, vous qui jugez la terre… 

*

La Sagesse n’entre pas dans une âme malfaisante… 

Sur les desseins de l’impie il sera fait enquête, 
Le bruit de ses paroles ira jusqu’au Seigneur, 
Pour que soient châtiés ses forfaits 

Une oreille jalouse écoute tout, 
La rumeur, même des murmures, ne lui échappe pas 

Gardez-vous donc de vains murmures, 
Épargnez à votre langues les mauvais propos ; 

Car un mot furtif ne demeure pas sans effet, 
Une bouche mensongère donne la mort à l’âme.


***

Salomon

La Bible de Jérusalem

*

0a9.jpg 

*
***
*

La BIBLE
est le premier livre imprimé
et le plus vendu au monde de tous les temps
A acheter, lire, discuter…bref avoir dans une bibliothèque !

*
***
*

5294701kpyd7jl1111.gif



1234

Thoughts... |
livres d'occasion bouquinsd... |
marcloupias |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Stephan LEWIS - fantastique
| silentenigma
| Au fil des mots