La VIE devant soi

***
*

Emile AJAR
(Mercure de France)

*
***

La VIE devant soi dans Artistes 0a1aaaaaaajar

*

…/…

- Monsieur Hamil, pourquoi vous avez toujours le sourire ?
- Je remercie ainsi Dieu chaque jour pour ma bonne mémoire, mon petit Momo.

Je m’appelle Mohammed mais tout le monde m’appelle Momo pour  faire plus petit.

- Il y a soixante ans, quand j’étais jeune, j’ai rencontré une jeune femme qui m’a aimé et que j’ai aimée aussi. Ca a duré huit mois, après, elle a changé de maison, et je m’en souviens encore, soixante ans après.
Je lui disais : je ne t’oublierai pas. Les années passaient, je ne l’oubliaais pas. J’avais parfois peur car j’avais encore beaucoup de  vie devant moi et quelle parole pouvais-je donner à moi-même, moi, pauvre homme, alors que c’est Dieu qui tient la gomme à effacer ?
Mais maintenant, je suis tranquille. Je ne vais pas oublier Djamila.
Il me reste très peu de temps, je vais mourir avant.

J’ai pensé à Madame Rosa, j’ai hésité un peu et puis j’ai demandé :
- Monsieur Hamil, est-ce qu’on peut vivre sans amour ?

Il n’a pas répondu.
Il but un peu de thé de menthe qui est bon pour la santé.
Monsieur Hamil portait toujours une jellaba grise, depuis quelque temps, pour ne pas être surpris en veston s’il était appelé.
Il m’a  regardé et a observé le silence. Il devait penser que j’étais encore interdit aux mineurs et qu’il y avait des choses que je ne devais pas savoir. En ce moment je devais avoir sept ans ou peut-être huit, je ne peux pas vous dire juste parce que je n’ai pas été daté, comme vous allez voir quand on se connaîtra mieux, si vous trouvez que ça vaut la peine.

- Monsieur Hamil, pourquoi ne me répondez-vous pas ?
- Tu es bien jeune et quand on est très jeune, il y a des choses qu’il vaut mieux ne pas savoir.
- Monsieur Hamil, est-ce qu’on peut vivre sans amour ?
- Oui, dit-il, et il baissa la tête comme s’il avait honte.

Je me suis mis à pleurer.
(pages10-11-12)

…/…

0a1aaaaaaajar2 Ajar-Gary - Littérature - Goncourt - écrivains - cinéma dans Best-seller

*

Emile Ajar est en  réalité Romain Gary,
écrivain-diplomate français né le 8 mai 1944 à Vilnius (Lituanie).
Avec ce pseudonyme nouveau il a pu obtenir le Goncourt en 1975,
après l’avoir reçu en 1956 pour « Les racines du Ciel ».

Simone Signoret,
interpréta le rôle de Mme Rosa dans l’adaptation cinématographique.

*

0a1aaaaaaajar5 dans BLOG

*

Vieillir ?
Romain Gary avoua lors d’un entretien :
« Catastrophe. Mais ça ne m’arrivera pas. Jamais.
J’imagine que ce doit être une chose atroce, mais comme moi, je suis incapable de vieillir, j’ai fait un pacte avec ce monsieur là-haut, vous connaissez ?
J’ai fait un pacte avec lui aux termes duquel je ne vieillirai jamais »
.

Il se suicida le 2 décembre 1980 en se tirant une balle dans la bouche.
(Ecrivant dans une lettre, notamment, «  Aucun rapport avec Jean Seberg« 
sa deuxième femme, avec laquelle il a eu son seul enfant, un fils, en 1962 ; actrice américaine ayant mis fin à ses jours en août 1979).

*

0a1aaaaaaajar8 dans ROMAN

*

Livre et Film sont une réussite !

*
***
*

0a10

 *



L’HOMME de sable…

*
***
*

de
Jean JOUBERT
(Editions Grasset)

L'HOMME de sable... dans Best-seller 0a1aaaaaaajoub

…/…

Des années plus tard, je ne puis évoquer cette soirée sans que m’assaille à nouveau un sentiment de mystère.
En quelques heures, nous étions passés de la capitale à cette pièce austère, serrée entre la mer et le marais, et dont je savais qu’elle était le seul point de clarté dans l’épaisseur de la nuit.
Les lampes basses laissaient nos yeux dans l’ombre, de telle sorte qu’à distance on aurait pu croire les visages masqués. Les voix, qui s’animaient peu à peu, résonnaient sourdement comme dans une grotte.

Durbain parlait peu, buvait à peine, mais chacun était attentif à ses paroles. Sa force calme, ramassée, circulait en nous comme un courant.

Puis le silence à nouveau tomba. Un souffle puissant frôlait le toit, tordant les branches des pins, faisant grésiller contre la vitre une poignée de sable. J’entendis au loin le bruit sourd des vagues déferlant sur le rivage.

Durbain s’était levé.
- Eh bien, à demain, dit-il simplement. Nous commençons à huit heures. Je vous souhaite une bonne nuit.
…/…

- Nous sommes voisins. J’en suis heureux. C’est dire que nous aurons toutes les occasions de nous voir en dehors des heures de travail. J’y compte bien. Nous allons ivvre ici, vous vous en doutez, dans une certaine solitude.
- Vous m’avez dit que votre  femme viendrait vous rejoindre.

A l’ombre pourtant à peine perceptible qui passa sur son visage, je sentis que j’avais fait fausse route, et que, sans le savoir, j’avais dû mettre le doigt sur quelque mal secret…./…
(pages 35 et 37)

*

0a1aaaaaaajoub3 L'homme de sable - roman policier dans BLOG

*

Jean Joubert, né à Châlette-sur-Loing (Loiret)en 1928, écrivain français, (notamment connu pour les livres destinés à l’enfance et à la jeunesse), a fait ses études au collège de Montargis puis à la Sorbonne.

Après de longs séjours en Angleterre-Allemagne-États-Unis, il s’installe à Montpellier où il découvre un Sud méditerranéen inspirant ses œuvres.

Ce livre, Prix Renaudot 1975,  n’est pas le Midi réel, mais un sud des États-Unis…
Aujourd’hui, habitant un petit village de la garrigue languedocienne il  consacre à ses activités d’écrivain.

Un téléfilm de Jean-Paul Carrère, en 1976, adapta cette oeuvre.

*

0a20 dans Policiers

*

Bonne lecture ou bon téléfilm !



VIEILLESSE…heureuse ?

*
***
*

La vieillesse

*

0a1aaaaaa1.bmp0a1aaaaaa3.jpg

*

…/…

Il ne faudrait pas croire néanmoins que par une sorte de justice immanente une vie riche et courageuse soit toujours récompensée par une
« belle vieillesse ».
Des maux physiques, les circonstances politiques et sociales peuvent en rendre très sombre la fin.
Il en fut ainsi pour Freud.
Son existence a présenté une remarquable continuité : en dépassant son passé il le conservait.  Novateur hardi et grand travailleur, tout en effrayant son époque il réussit à lui imposer ses idées ; homme d’un caractère inflexible et intrépide, mari, père aimant et aimé, il aurait dû avoir une vieillesse féconde et sereine.
En fait, sans réussir à le briser -en 1938 il terrorisa rien qu’en apparaissant et en les regardant les nazis qui étaient venus perquisitionner chez lui -, elle fut pour lui une accablante épreuve, à cause de l’état de sa santé, de la montée du nazisme, des craintes que lui inspirait l’avenir de la psychanalyse, de la perte de son pouvoir créateur.

En 1922, à 66 ans, souffrant de troubles cardiaques, il écrivait :

« Le 13 mars de cette année, je suis brusquement entré dans la vraie vieillesse. Depuis, la pensée de la mort ne m’a pas quitté« .

Ce fut l’année suivante qu’il…/…
(page 546)

Simone de Beauvoir
Éditions Gallimard - NRF

*

0a1aaaaaaa8.jpg

*

Les vieillards sont-ils des hommes ?

A voir la manière dont notre société les traite, il est permis d’en douter.
Elle admet qu’ils n’ont ni les mêmes besoins ni les mêmes droits que les autres membres de la collectivité puisqu’elle leur refuse le minimum que ceux-ci jugent nécessaires ; elle les condamne délibérément à la misère, aux taudis, aux infirmités, à la solitude, au désespoir…
…/…
C’est justement pourquoi j’ai écrit ces pages…/…
(Extrait de la couverture)

*
***
*

0a4.gif

*



OU, où…La, Là, l’a ?

*
***

BLED

Cours d’orthographe

***
*

0a3.jpg0a5.jpg0a3.jpg

*

Allez à la fête ou allez où vous voudrez.
Cet arbre-là était le roi de la forêt. Le vent l’a brisé.

*

0a8.gif

*

Règle
Il faut mettre un accent grave sur là et où quand ils marquent le lieu ou le temps.
Ou sans accent peut se remplacer par ou bien.

*

0a7.jpg

*

Exercice
Remplacer les points par : ou – où ?
1/ …désirez-vous passer la soirée ? au théâtre…au cinéma ?
2/ J’ai acheté la maison…je suis né, …j’ai passé mes années d’enfance ; je l’habiterai…je la louerai.
3/ Dans le taillis se cache un nid de fauvettes…de pinsons, …piaillent des oisillons.
…/…
(page 78)

*

*

Edouard Bled & Odette Bled
Lauréats de l’Académie française
Édition Hachette-Classiques

*

0a141.gif

*

L’orthographe est une condition de la bonne compréhension de toute communication écrite.

A celui qui lit, elle offre des indices qui facilitent la compréhension du texte ;
à celui qui écrit, elle impose des contraintes qui réduisent les risques de malentendus…/…

Pour ces motifs, il appartient à l’institution scolaire d’assurer une pratique adéquate de l’orthographe à tous ceux qu’elle contribue à former…/…
(Extraits de la Préface).

*

0a12.gif

*



Terre-LUNE ?

*
***

De la Terre à  la Lune

***
*

0a20.jpg

 

*

…/…
- Oui, vive la guerre ! s’écria le bouillant JT Maston.
- Silence ! Taisez-vous ! répliqua-t-on de toutes parts.
- La guerre, poursuivit Barbicane, est malheureusement impossible dans les circonstances actuelles et de longues années risquent de s’écouler avant que nos canons ne tonnent à nouveau sur les champs de bataille. Il faut en tenir compte et chercher ailleurs, c’est-à-dire dans un autre ordre d’idées, un moyen propre à galvaniser nos énergies.

Pressentant que le président, après ce préambule, allait en venir au vif du sujet, l’assemblée redoubla d’attention.

- Depuis quelques mois, enchaîna Barbicane, je me suis demandé si, tout en restant dans le domaine de notre spécialité, nous ne pourrions pas envisager de réaliser une grande oeuvre digne du siècle qui est le nôtre. Le perfectionnement des armements et les progrès de la balistique sont, désormais, susceptibles de mener à bien une telle entreprise. Partant de ce principe, j’ai cherché, échafaudé des hypothèses, étudié, soupesé diverses possibilité et acquis la conviction que nous pourrions mettre sur pied un programme prévoyant l’envoi d’un projectile sur la Lune !

Un frémissement secoua l’assemblée puis, d’une seule voix, les membres du Gun-Club, s’exclamèrent :
- Vive la Lune !

Un tonnerre d’applaudissements …/…
(page 10)

*

Jules Verne
Édition adaptée pour la jeunesse
illustrée en bandes dessinées

*

0a17.jpg

1828-1905
Écrivain français
Oeuvre prolifique notamment
64 volumes des Voyages Extraordinaires
*
Auteur le plus traduit dans le monde après Agatha Christie

*

0a11.gif

*

Autant lu par les enfants
que les adultes…grands enfants !

Souvent adapté au cinéma

*

0a16.jpg0a6.jpg0a8.jpg0a9.jpg

*

Jules Verne
Pour beaucoup génie créateur
premier auteur de science-fiction

A ne pas oublier dans sa bibliothèque !

*

0a14.gif

*



658 ?…MYSTERIEUX !

*
***

658

Vous n’oublierez jamais ce nombre

***
*

0a1.jpg 0a5.bmp 0a1.jpg

*

- Alors, continua-t-elle,
peut-être que « X. Arybdis » est en fait « Ch. Arybdis ». Ou même « Charybdis ». Autrement dit Charybde  comme dans la légende de la mythologie grecque, c’est ça ?

- Oui. Répondit-il à lui-même autant qu’à elle.
Aller de Charybde en Scylla…

- Entre le marteau et l’enclume, autrement dit ?
- Oui, quelque chose comme ça.
- Lequel est lequel ?

Il parut ne pas entendre la question, absorbé soudain par les implications de ce nom, Charybde, envisageant toutes les hypothèses.
Enfin, il réalisa qu’elle venait de lui poser une question.

- Hein ?
- Charybde et Scylla, dit-elle. Le marteau et l’enclume. Lequel est lequel ?

- Ce n’est pas vraiment une histoire de marteau et d’enclume, en réalité. Scylla et Charybde étaient des dangers menaçant les marins dans le détroit de Messine. Les bateaux devaient passer entre eux, au risque d’être détruits. Dans la mythologie, ils étaient symbolisés par des démons destructeurs.

- Quand tu parles de dangers pour les marins…comme quoi ?
- Scylla était le nom donné à des récifs contre lesquels les bateaux se fracassaient avant de couler.

Comme il ne poursuivait pas tout de suite, elle insista.

- Et Charybde ?

Il s’éclaircit la gorge. L’idée de Charbyde avait quelques chose de particulièrement inquiétant.

Charybde était un tourbillon. Extrêmement puissant. Une fois qu’un homme était pris dedans, il ne pouvait plus en sortir. Le tourbillon l’aspirait et…/…
(page 65)

*

John Verdon
Traduit par Philippe Bonnet & Sabine Boulongne
(Éditions Le grand
livre du mois)

*

0a6.bmp

*

John Verdon, né en 1942, ancien publicitaire, réussit avec ce premier roman un coup de maître salué par les plus grands noms du genre ; il est traduit dans le monde entier.

*
***
*

0a15.gif

*
***
*

Le récit très original et prenant distrayant des préoccupations …
Bon thriller à emporter sur la plage ou lors d’un moment de repos…

*

0a16.gif

*
***
*



RAIN…bow ?

*
***

RAIN

La famille Hudson (1)

***
*

0a71.jpg0a71.jpg0a71.jpg

*

…/…

- Roy !

Mon exclamation l’arrêta, mais il toisa sévèrement Beni.

- Tu vas t’attirer des ennuis, ma file.
- C’est moi que ça regarde !
- Laisse-la tranquille, Roy, suppliai-je. Mama va arriver d’une minute à l’autre. Je t’en prie. Elle est déjà assez déprimée comme ça.

Il nous dévisagea longuement, l’une après l’autre, puis quitta la cuisine. Je m’en pris à Beni.

- Pourquoi l’as-tu provoqué ? Tu sais qu’il s’emporte vite.
- Faudrait pas qu’il se croit permis de tout diriger juste parce qu’il est l’aîné et parce que c’est un homme. Il est toujours en train de me dire de faire ci, de ne pas faire ça. De porter ceci et pas cela…J’ai l’impression d’être un oiseau en cage ! Pourquoi il te dit jamais rien, à toi ?
- Il veut seulement te protéger, Beni.
- Je n’ai pas besoin de sa protection. Je suis assez grande pour prendre soin de moi toute seule. Et toi…

Ma soeur riva sur moi un regard éloquent.
- Tu as intérêt à ne pas m’attirer de problèmes, lança-t-elle comme un avertissement.
Sur quoi elle fila dans notre chambre.

Roy n’avait toujours par reparu dans le cuisine quand Mama rentra, exténuée. Je vis tout de suite qu’elle était déçue que Ken ne soit pas revenu. Elle avait espéré le trouver à la maison, je le savais. Elle jeta un coup d’oeil à la porte fermée de notre chambre…
(page 31)

*

Virginia C. ANDREWS

(Traduction Françoise Jamoul)
Editions J’ai Lu

*

0a22.bmp

*

Les romans de l’auteur se sont vendus à des millions d’exemplaires et on été traduits en 16 langues.
Après sa mort, sa famille, s’inspirant de l’extraordinaire créativité de la romancière et travaillant en étroite collaboration avec un écrivain de talent, a lancé de nouveaux cycles ; « C ».
Rain  constitue le tout premier volet du cycle La famille Hudson.

*

0a81.jpg0a12.bmp0a93.jpg0a111.jpg

*

Parce qu’elle est née et qu’elle a grandi dans le ghetto noir de Washington, la jeune Rain Arnold sait son avenir obstrué. Généreuse idéaliste, courageuse, elle ne se laisse pourtant pas abattre…
Un soir, elle apprend un secret très lourd de conséquences…
(Extrait de la quatrième de couverture)

*

  0a10.gif

*

Livre prenant, que l’on quitte terminé… à l’aube…

*

0a171.gif

*



Objectif ?…MINCEUR !

*
***

Programme pour maigrir

semaine après semaine

***
*

0a6.jpg0a21.bmp0a6.jpg

*

Vous venez de décider d’entamer un régime et vous ouvrez pour la première fois votre semainier.
Le nombre de pages ne doit pas vous décourager../…
il vous faudra respecter les 4 principes de base…

1 – Ce régime est interactif.
(pas de menus…le patient apprend à gérer lui-même les aliments)
…/…

2 – Le régime préserve l’équilibre alimentaire
(diversification et mélange fibres-protéine-sucre)
…/…

3 – Ce régime ne vous impose pas de changer radicalement vos habitudes
(3 types de semaines 1400- 900 – 1600 calories par jour)
…/…

4 – L’équipement minimum
(balance, mètre, carnet, table des calories)
…/…
(pages 6 et 7)

*

Dr Jean-Michel COHEN
Éditions Le grand livre du mois

*

0a92.jpg0a92.jpg0a92.jpg

*

Comment maigrir
et rester mince au fil de l’année ?

Le Dr J.M. Cohen, nutritionniste reconnu, a mis au point un programme d’amaigrissement et de stabilisation en trois phases
(confort, booster et consolidation) personnalisable à l’infini.
…/…
(Extrait de la 4ème de couverture)

*

0a12.gif

*



RODRIGUE…coeur ?

*
***

LE CID

***
*

0a82.jpg0a82.jpg0a82.jpg

*

Chimène

Quoi ! Rodrigue, en plein jour ! d’où te vient cette audace ?
Va, tu me perds d’honneur ; retire-toi, de grâce.

Don Rodrigue

Je vais mourir, Madame, et vous viens en ce lieu,
Avant ce coup mortel, dire un dernier adieu ;
Cet immuable amour qui sous vos lois m’engage
N’ose accepter ma mort sans vous en faire hommage.

*

- Tu vas mourir !
- Je cours à ces heureux moment
Qui vont livrer ma voie à vos ressentiments.

*

- Tu va mourir ! Don Sanche est-il si redoutable
Qu’il donne l’épouvante à ce coeur indomptable ?
Qui t’a rendu si faible, ou qui le rend si fort ?
Rodrigue va combattre, et se croit déjà mort !
Celui qui n’a pas craint les Mores, ni mon père,
Va combattre don Sanche, et déjà désespère !
Ainsi donc au besoin ton courage s’abat !

*

- Je cours à mon supplice, et non pas au combat ;
Et ma fidèle ardeur sait bien m’ôter l’envie,
Quand vous cherchez ma mort, de défendre ma vie.
J’ai toujours même coeur ; mais je n’ai point de bras
Quand il faut conserver ce qui ne vous plaît pas.
Et déjà cette nuit m’aurait été mortelle,
Si j’eusse combattu pour ma seule querelle ;
Mais défendant mon roi, son peuple et mon pays,
A me défendre mal je les aurais trahis.
Mon esprit généreux ne hait pas tant la vie,
Q’uil veuille sortir par une perfidie.
Maintenant qu’il s’agit de mon seul intérêt,
Vous demandez ma mort, j’en accepte l’arrêt.
Votre…/…
(Acte V – scène 1)

*

CORNEILLE
(Nouveaux classiques illustrés – Hachette)

*

0a72.jpg

*

Le Cid   est la pièce la plus célèbre du théâtre français et de Corneille.
On pourrait même dire qu’elle le fut dès sa première représentation fin 1936, l’année de son écriture.

Il y a quelques années, Gérard Philipe  s’est assuré avec ce rôle un extraordinaire succès, démontrant que le vieux chef d’oeuvre était toujours vivant.

Il pose les plus hauts problèmes humains.
Chimène  et  Rodrigue, un couple sportif et brillant.
Leurs doubles et rivaux : l’Infante  et don Sanche.
Leurs pères. Le Roi et la cour. Les gouvernantes.

*

0a12.jpg

*

Cette pièce fut adaptée au cinéma
avec les stars

Sophia Loren  et  Charlton Heston

*

0a23.bmp0a23.bmp

*

Article complémentaire

http://osee.unblog.fr/2009/07/31

*
***
*

0a161.gif

*



Le PIRE ?…Sûr ?

*
***

CRAINS le PIRE

***
*

0a21.jpg0a1.bmp0a21.jpg

*

…/…
Je pensais au coffre.
Jennings m’a coulé un regard en coin….
J’ai  fermé les yeux un instant, puis les  ai rouverts, pour observer les arbres défiler tandis que nous suivions la route sinueuse entre Milford et Berby, un trajet d’une vingtaine de minutes.

- Où est la voiture à présent ?
Je me figurais un labo de police scientifique de la taille d’un hangar à avions, où des techniciens en combinaison protectrice la passaient au crible à la recherche d’indices.

- Dans un enclos où ils mettent les véhicules embarqués pour stationnement interdit,a expliqué Jennings. Ils ont entré le numéro d’immatriculation dans le système informatique, voilà pourquoi ils m’ont prévenue. Je n’ai même pas encore vu la voiture. Vous la connaissez, vous pourrez me dire si vous remarquez quoi que ce soit d’anormal.

- Bien sûr.

Tout était anormal dans cette histoire. Ma fille avait disparue. Au cours des dernières semaines j’avais parfois tenté de me réconforter avec la pensée que, même si Syd avait fugué, il ne lui était pas forcément arrivé quoi que ce soit…/…
(Page 82)

*

Linwood Barclay
(Traduit par Maricke Merand-Surtel)
Editions France Loisir

*

0a9.jpg

*

L’auteur d’origine américaine vit à Toronto, avec son épouse et leurs 2 enfants.
Après une carrière de journaliste, en 2008, il a décidé de se consacrer à l’écriture.
Cette nuit-là (2009)fut un best-seller traduit en plus de 20 langues
.

*

0a15.gif

*

Quatrième de couverture
Votre fille de 17 ans part un bon matin pour son petit boulot d’été…./…
Mais elle ne rentrera pas…/…
Pour Tim Blake, le père de Syndey, une seule mission : la retrouver à tout prix. Un coup de fil mystérieux, des individus menaçants, des meurtres…et la vie sans histoire de Tim bascule dans un engrenage incompréhensible et totalement terrifiant…/…

*

0a14.gif

*

Une agréable soirée de lecture

Un policier qui vous fait
oublier quelques heures vos soucis
.

0a16.gif

*



1234

Thoughts... |
livres d'occasion bouquinsd... |
marcloupias |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Stephan LEWIS - fantastique
| silentenigma
| Au fil des mots