Là AVANT…

 

J’étais là avant

*

0a10.jpg

*

…/…

- Elle est bien roulée, ta copine, dit un de ses potes, autour de la table de poker, en me jetant un regard de loin, par-dessus ses cartes, l’attention relâchée le temps d’une pause, le dos voûté, la main caressant une canette de bière.

Je  repose sur un canapé, les jambes en l’air, j’ai lu dans un journal que c’était bon pour la circulation, que ça faisait de belles jambes, c’est mon capital, mes jambes, essayant de trouver le sommeil malgré les nuages bleutés des cigarettes et les « tu vas nous chercher d’autres bières, ma puce ? ».
Je sommeille, je gigote sur les coussins trop dur, me tourne sur la tranche droite puis sur la gauche. J’entends les mots et ne les entends pas. Pense au lendemain et à tous les lendemains qui se ressembleront avec cet homme-là. Inventer, désirer, plus grand, plus fort, pourquoi pas ? Sont des mots qu’il ne connaît pas. Ou qu’il a rayés de son vocabulaire. Trop compliqués. Je ferme les yeux.

- Elle a de jolies jambes…Je passe.
- Ce n’est pas tellement les jambes mais les cuisses qui sont belles, professe mon fiancé en contemplant son jeu. Je demande à voir…

Et il abat son jeu. Et j’abats mon regard sur mes jambes que je vois avec ses yeux à lui. Je les coupe en deux : les jambes et les cuisses. Isole les unes des autres. Avec lui, je deviens cul-de-jatte, c’est sûr. Je ne sais que penser. Les recolle et me dis que j’y penserai plus tard.

Quand même c’est une drôle d’idée de me découper en morceau…/…
(page 113)

*

Katherine PANCOL

*

0a91.jpg0a61.jpg0a21.jpg0a41.jpg0a71.jpg

*

Elle est libre. Elle offre son corps sans façons. Et pourtant à chaque histoire d’amour, elle s’affole et s’enfuit toujours la première.
Il  est ardent, entier, généreux. Mais les femmes qu’il célèbre s’étiolent les unes après les autres

Là AVANT... dans Femme 0a11Ces deux -là vont s’aimer.
Il y a des jours, il y a des nuits.
Le bonheur suffocant. Le plaisir. Le doute. L’attente.
Mais en eux, invisibles et pesantes, des ombres se lèvent et murmurent :

« J’étais là avant ».

Des mères qui les ont aimés ou trahis, qui ont rêvé, souffert, espéré.
Des mères qui vivent encore en eux et les empêchent d’aimer.
On n’est jamais tout seul dans une histoire d’amour.
On est tous les autres et toutes les autres qui ont aimé avant nous.

J’étais là avant est le roman d’une femme qui se libère de ses démons. Qui nous libère de nos démons.
(Quatrième de couverture – Editions  Albin Michel)

*

5294701kpyd7jl1111.gif



Laisser un commentaire

Thoughts... |
livres d'occasion bouquinsd... |
marcloupias |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Stephan LEWIS - fantastique
| silentenigma
| Au fil des mots