Les muses

Les muses sont neuf déesses

*

0a6.jpg

*
********
*

CALLIOPE : Muse de la Poésie épique et de l’éloquence, elle est couronnée d’or.
CLIO : Muse de l’Histoire, elle est couronnée de lauriers.
ERATO : muse de la Poésie pastorale et de l’Elégie,  elle est couronnée de roses.
EUTERPE : Muse de la Musique.
MALPOMENE : Muse de la Tragédie.
POLYMNIE: Muse de la Poésie lyrique et de la Rhétorique.
TERPSICHORE : Muse de la Danse et du Chant choral.
THALIE : Muse de la Comédie, elle est couronnée de lierre.
URANIE : Muse de l’Astronomie, elle est couronnée d’étoiles.
(Page 1112).

*

0a21.jpg0a91.jpg0a51.jpg

*

Muse :
Chacune des neuf déesses mythologiques des arts libéraux.
L’inspiration poétique

(taquiner la muse : faire de la poésie)
Inspiratrice
(d’un écrivain, d’un artiste, etc…)

Le ROBERT PLUS
Dictionnaire de la langue française.

*

 

colombemauve122607825921gros.gif

 



BAL COSTUME

barreargts.gif

*

*

QUELLE EST LA PARTICULARITÉ DE CE TEXTE ?

***

*

 

Au bal costumé, des enfants facétieux gambadaient, hilares, infatigables.
Joyaux kaléidoscopiques, lampions multicolores, nous offraient partout quelque resplendissant spectacle.
Titubant, un vénérable wagonnier xanthoderme y zigzaguait.
Yogis xénophiles, wattmen vaniteux, unis temporairement, sirotaient, rêveurs.
Quand, promeneurs obscurs, nous musardions, la kermesse joyeuse immortalisait héros grecs, farfadets et danseurs chinois bizarrement accoutrés.

LE GRAND LIVRE DES ENIGMES 
casse-tête et jeux de logique - Hachette Livres 
Fabrice Mazza – Sylvain Lhullier.

0aaatony9.gif0aaatony9.gif0aaatony9.gif0aaatony9.gif0aaatony9.gif 



La CIA …culte du renseignement

Victor MARCHETTI
&
jOHN D. MARKS

***
*

« Il s’agit d’une arme puissante, clandestine, et aux objectifs variés…beaucoup plus que d’un organisme de renseignement ou de contre-renseignement. C’est un instrument de subversion, de manipulation et de violence, et d’ingérence secrète dans les affaires des autres pays ».


0a9.jpgAllen Dullesécrivait ces phrases en 1963, à propos du KGB, afin de mieux faire saisir aux Américains la vraie nature du service de sécurité soviétique. On ne saurait douter de l’exactitude de cette définition, mais Dulles aurait pu tout aussi justement l’appliquer à sa propre organisation.
Il se gardait naturellement de le faire, car les dirigeants de la génération de Dulles s’efforçaient d’attribuer les motivations les plus douteuses et l’utilisation des pires méthodes au communisme international ; tout en qualifiant de justes et démocratiques « les actions défensives du monde libre« .

Mais les tactiques les plus brutales étaient utilisées par les deux camps……

*

La CIA ...culte du renseignement dans Best-seller 0a11Au regards de la postérité, il paraîtra évident que nous sommes en train de détruire notre liberté en nous efforçant de la préserver ; que l’énorme appareil clandestin que nous avons édifié, en vue de sonder les intentions et les ressources de nos ennemis, aboutit, en fin de compte, à entretenir la  confusion sur nos propres objectifs ; que la pratique de duper autrui, dans l’intérêt de l’État, nous amène infailliblement à nous duper nous-mêmes ; et que la grande armée du renseignement, créée pour servir ces objectifs, n’a pas tardé à s’empêtrer dans les trames de ses fantaisies malsaines, avec toutes les conséquences désastreuses qui peuvent en résulter pour elle et pour nous mêmes.
Malcolm Muggeridge (mai 1966).

La CIA et le culte du Renseignement
(page328)

0a10.gif

 

Lorsqu’un ex-agent et un écrivain se rencontrent et collaborent pour un livre-témoignage cela donne un livre pour la première fois censuré avant sa sortie par Arrêt officiel émanent d’un Tribunal des États-Unis.

Malgré cela, les 354 pages sont passionnantes, instructives et amènent le lecteur à beaucoup d’interrogations ou une meilleure compréhension sur les évènements passés de l’histoire ou les « incidents » actuels. 

 

0a201.gif0a201.gif0a201.gif



Hérodote – Histoires

Hérodote
Né vers 484/482 avJC à Halicarnasse 
colonie grecque dans l’actuelle Turquie

*

0a1.jpg

*

Ce que veut faire Hérodote

*

Voici l’exposé de l’enquête effectuée parHérodote de Thourioi, afin que les évènements humains ne disparaissent pas avec le temps, et que les grands et merveilleux exploits accomplis par les Grecs et par les Barbares ne perdent pas leur renommée, concernant en particulier la cause pour laquelle ils se firent mutuellement la guerre.

Les chroniqueurs, chez les Perses, disent que les Phéniciens furent responsable de la querelle. Selon eux, ce peuple, à peine arrivé de la mer qu’on appelle la mer Rouge jusqu’à notre mer, et installé dans le pays qu’il habite encore aujourd’hui, s’adonna à la grande navigation et, en transportant des marchandises égyptiennes et assyriennes, aborda à  Argos, qui, à cette époque, dépassait en tout point les États de ce qu’on appelle maintenant la Grèce.
Arrivés à Argos, les Phéniciens, disent-ils, mirent en vente leur cargaison. Cinq ou six jours après, alors que tout était presque vendu, vint au rivage, accompagnée de beaucoup d’autres femmes, la fille du-roi, qui s’appelait Io, fille d’Inachos
(comme le disent aussi les Grecs).
Elles étaient près de la poupe du bateau et achetaient les marchandises dont elles avaient le plus envie ; et voilà que les Phéniciens se précipitèrent sur elles en criant. La plupart des femmes s’échappèrent, mais Io et quelques autres furent enlevées ; ils les jetèrent dans le bateau, et partirent pour l’Egypte.

C’est ainsi, disent les Perses, qu’Io arriva en Egypte, et non pas comme le disent les Grecs ; et ce fut la première des injustices commises.
Après cela, disent-ils, des grecs,
(dont ils sont incapables de préciser les noms) abordèrent en Phénicie, à Tyr, et enlevèrent la fille du roi Europe (ce pouvaient être des Crétois). On fut ainsi à égalité……

…/…

barrejuin8.gif

*

Hérodote - Histoires dans Antique 0a30Lire Hérodote au XX° siècle : pourquoi ?
Le fait qu’il ait été le premier historien du monde occidental serait déjà à lui seul une raison pour éveiller notre attention. Cicéron l’appelait le « père de l’histoire ». Or tous ceux qui ont créé, fondé, inventé un genre méritent par cela même notre curiosité – et à plus forte raison quand il s’agit d’un genre appelé à devenir si important. Il n’es pas donné à tous d’ouvrir ainsi à l’humanité des voies nouvelles.
Comment le fit-il, et à partir de quoi ?
…/…
(début de la préface de Jacqueline de ROMILLY
Hérodote – Histoires – choix – nouvelle approche – LIvre de poche)

barreroser1.gif

*



Rien qu’une femme

FRANCIS  CARCO
*
Poète, écrivain, journaliste, critique littéraire…
N
é le 3 juillet 1886 à Nouméa
Décédé le 26 mai 1958 à Paris

*

 0a.jpg

*

C’est, à coup sûr, ce soir de mi-carême, bruyant et pluvieux, que le diable entra chez nous. Je le vis. Il courait après Mariette, une de nos servantes, et s’engouffra, derrière elle, dans la maison ; j’en eus une frayeur atroce mais, à ma grande surprise et malgré les cris que jetait Mariette, nulle odeur de brûlé ne me révéla sa présence et rien, durant un certain temps, ne nous arriva d’extraordinaire si ce n’est que les affaires, sans aller mal, prirent une tournure capricieuse à laquelle personne de nous n’était habitué.

J’avais alors quinze ans. Ma mère tenait, près de la gare, un hôtel de voyageurs très réputé dans la région pour la bonne chère qu’on y faisait, la propreté des chambres, les service empressé des domestiques et la modicité des prix. La vie, en ce temps-là n’était pas celle qu’elle est aujourd’hui…..

…/…

Je vis bien qu’ils parlaient de moi. Alors je fis un pas, puis deux, puis je me mis à marcher sans but, entre les boutiques dont certaines étaient éclairées.
Une nuit douce, tiède, semée d’étoiles et parcourue, parfois, d’une brise légère baignait la rue. Des gens assis devants des portes me regardaient passer…
Chacun sa vie, n’est-ce pas ? …chacun sa peine.
La mienne ne m’attendrissait pas comme on l’eût pu penser.

Seulement, quand deux ivrognes qui me suivaient et s’exprimaient avec la tranquille impudeur d’une conversation, longuement débattue dans les vapeurs du vin, tombèrent d’accord sur cette phrase qui m’atteignit comme à dessein :
« Bien sûr…maquereau ! Maquereau ! té, aussi, toi , c’est pas toujours commode ! »
je pressai un peu plus l’allure.

(Livre de poche : première ligne et fin/page178).

 

0a4.jpg0a5.jpg0a2.jpg0a3.jpg

 

Il a écrit une centaines de livres (poésie, roman,…) et des chansons ;
Il se définissait comme :
«  un romantisme plaintif où l’exotisme se mêle au merveilleux avec une nuance d’humour et désenchantement ».
Dans ses livres transparaît l’aspiration à un ailleurs : 
« Des rues obscures, des bars, des ports retentissant des appels des sirènes, des navires en partance et des feux dans la nuit ».
L’enfant battu par son père corse consacra sa vie aux minorités et en fit souvent le sujet de ses romans : Canaques, témoins de ses premières années à Nouméa, prostitués, mauvais garçons…

colombemauve122607825921gros.gif



Thoughts... |
livres d'occasion bouquinsd... |
marcloupias |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Stephan LEWIS - fantastique
| silentenigma
| Au fil des mots