Bamboo’ symbolism

barra03032009.gif

 

LE BAMBOU

*

Bamboo' symbolism dans Mythologie 0a52Le bois de bambou joue un grand rôle dans l’art et la symbolique asiatiques ; son « coeur vide » représente la modestie, tandis-que sa couleur verte, son aspect toujours identique, sa maigreur et sa sécheresse sont associés à l’idée de vieillesse.

Lorsqu’on jette des bouts de bambou dans un feu, ils éclatent avec une détonation violente et sont censés chasser ainsi les démons.

0a221 dans SpiritualiteC’est l’attribut de la douce Kuan-Yin, la déesse de la miséricorde, et c’est pourquoi les bambous sont souvent représentés, accompagnés de chrysanthèmes, de pins et de fleurs de pruniers dans les tableaux chinois.

Les noeuds du bambou ont été interprétés comme les marches sur le chemin qui mène aux vérités supérieures, d’autant que, en relation avec les pratiques du Ch’an (l’ancêtre chinois du zen japonais), le vide qui occupe les entre-noeuds a souvent été compris comme le symbole même de la « vacuité« , de la sunyota centrale à l’ordre supérieur des choses.

Dans ce contexte religieux, et particulièrement à l’époque de la dynastie des Songs (X°-XIII° siècles), la peinture de bambou était considérée comme un exercice spirituel.

Au Japon, les pousses de bambou symbolisent la force et la jeunesse éternelle.

*

Encyclopédie des symboles
(Livre de poche – page 75/738)

*

bare57.gif

*

0a4Par une iconographie abondante, des centaines d’articles synthétiques et précis, des milliers de termes expliqués, cet ouvrage devrait aiguiser la curiosité du lecteur et l’inciter à réfléchir sur cet inépuisable ensemble de figures qui constituent et nourrissent l’univers symbolique.

L’Encyclopédie des symboles  s’adresse à la fois au curieux, à l’amateur de découvertes et de rêves, et au spécialiste désireux de parfaire ses connaissances. Un texte de référence.
(Extrait de la 4° de couverture).

 barreroser1.gif

 

 



Les bestiaires

Henry de Montherlant
(Né en1896 – suicidé en 1972, angoissé par la déchéance de devenir aveugle)

*

Les bestiaires dans Best-seller 0a31Alban ne tournait pas la tête vers Solehad, mais il savait qu’elle regardait ce qu’il regardait. Il savait que les bouviers, eux aussi, regardait cela même. Et personne ne disait rien. Mais une émotion étouffante montant dans le coeur de dix-sept ans.

Le  taureau profita de ce que la vache tournait la tête pour lui lécher le cou, comme un homme peu aimé, qui a peur d’un rebut, attend que son amie se détourne pour dérober un baiser. La vache se laissait faire, sans plus ; elle paissait, et on entendait le bruit de l’herbe arrachée. Puis elle s’éloigna de trois pas, comme ennuyée, et sur son cou, à la place léchée, il y avait un petit rectangle de poils rebroussés, humide de bave. Lui s’avança de trois pas, et il lui mettait la corne partout, doucement, la caressant et la blessant à la fois. Tout à coup, ils s’affrontèrent, mêlèrent leurs cornes qu’on entendit se heurter.

Attention, pensa Alban. Jeux de mains finissent en jeux de reins. (il fut très fier de son proverbe). Et comme il était impossible qu’ils restassent à contempler cela, il s’éloigna en appelant Soledad.

- Venez voir les petits enfants qu’on nous prépare pour samedi.

Son amour pour les taureaux le portait à les appeler par des diminutifs. Ces monstres de muscles et de cornes, il les nommait « les petites bêtes« , « les bébés« , ou encore « les chats ». Pourquoi les chats ? Eh bien ! simplement parce qu’il….

*

Les bestiaires
(Livre de poche – texte intégral – page 139).

barrejuin8.gif

 

 

0a24 dans Best-sellerEn 1909, âgé de 13 ans, l’auteur assistait pour la première fois à une course de taureaux à Bayonne, et se prenait de passion pour l’art des toreros.
L’année suivante, il allait, seul, en Espagne pendant les vacances et se faisait initier à la tauromachie par le matador Relampaguito.

« Je sors des corridas de Bayonne. Je ferai certainement plus tard quelque chose là-dessus. C’est une des choses les plus émouvantes et magnifiques qui soient ».

Il l’a fait avec ce roman.

 

barreroser1.gif



Les clés du royaume

Les clés du royaume
*

Cronin

*

…/… 

même si tu n’es pas du même acabit que la majorité de tes collègues. Je ne crois pas me flatter en déclarant que je suis probablement le seul, parmi le clergé de ce diocèse, à te comprendre réellement. Tu as de la chance que je sois ton évêque.

- Je le sais, monseigneur.

Les clés du royaume dans Best-seller 0a1- A mes yeux, expliqua Sa Grandeur d’un ton méditatif, loin d’avoir échoué, tu as magnifiquement réussi. Tu as besoin d’être encouragé, aussi puis-je risquer de t’en faire accroire. Tu allies un esprit pénétrant à une âme tendre. Tu es capable d’apprécier la nuance à établir entre réfléchir et douter. Tu ne comptes pas parmi ces mercenaires ecclésiastiques, comme il en existe tant, où chaque article est bien emballé en petits paquets, faciles à distribuer aux clients. Et ce qui me plaît chez toi, mon cher enfant, c’est que es dépourvu de cette assurance insolente, qui s’appuie sur le dogme plus que sur la foi.

Pendant le silence qui suivit, le coeur de Francis se fondait de reconnaissance envers le vieillard. Il gardait les yeux baissés. La voix tranquille reprit

- Naturellement, à moins que nous n’intervenions, il y aura de la casse. Et si nous rompons des lances en ta-faveur, la mêlée deviendra générale et nul n’en sortira indemne, toi moins que personne. Oh ! je sais que le combat n’est pas pour t’effrayer. C’est moi qui ai peur. Tu m’es trop précieux pour être jeté aux bêtes. Je voulais te proposer autre chose.

Francis leva vivement la tête, et son regard rencontra celui de l’évêque, affectueux et prudent celui-ci sourit.

- N’imagine pas que je te traiterais de pair à compagnon si je ne cherchais pas à obtenir quelque chose de toi.
- N’importe quoi !

Francis ne trouvait plus ses mots.
L’évêque garda longtemps le silence, sa face immobile apparaissait sculpturale.

- C’est un grand sacrifice…un changement total que je vais suggérer.. Si je demande trop, il faut me le dire. Mais je pense que c’est exactement ce qui convient. Autre pause. Notre société des missions étrangères a enfin reçu la promesse d’un vicariat en Chine. Lorsque toutes les formalités seront achevées, que tu auras acquis la préparation indispensable, veux-tu être le premier à tenter l’aventure ?

…/…
(Livre de poche – p. 210/211).

barrejuin8.gif

 

C’est le roman le plus anticonformiste de Cronin.
Il relate la vie courageuse-mouvementée de l’abbé Chisholm
(étange vocation, débuts difficiles,séjour en Chine entre 1905/1935).
Si tous les romans du grand écrivain anglais sont des best-sellers mondiaux…celui-ci a toujours eu une place de choix auprès du public français…et je garde de l’adaptation cinématographique un bon souvenir…

barrejuin8.gif

 

 

0a23 dans ROMANArchibald Joseph Cronin est né en 1896 à Levenford (Ecosse).

Médecin dans une région industrielle du Pays de Galles, puis inspecteur des mines (1924), il présente à l’université de Glasgow une thèse sur les anévrismes (1925).
Installé à Londres, se créant une clientèle importante, il est obligé de prendre du repos à cause de surmenage.

Voilà le début d’une carrière de romancier dont le talent, manifesté dans une vingtaine d’écrits, est reconnu par le monde entier.
Ses livres ne m’ont jamais déçue de La Citadelle, à Les Vertes Années…en passant par Les Clés du Royaume.

 

barreroser1.gif



La part des pauvres

Les tournois de Dieu

*

 

La part des pauvres dans Histoire 0a22Aveline se tourna légèrement vers le jour.
Elle ne sourit pas, mais une lumière de sourire éclaire pourtant son front, ses pommettes, cette même lumière qu’irradiait le vieux Parfait de l’aven.
Les jeûnes et les privations l’ont désincarnée. De chaque côté de la bouche, comme au coin des yeux, rayonnent d’innombrables très fines rides.

- Comprenez, dit-elle, que mon corps n’existe plus. Je suis délivrée de mon corps ; je suis libre maintenant. Si Dieu veut, je ne peux plus faire le mal.

Guilhem a cru que ce qui les séparait était en quelque sorte une déchirure du temps, une blessure dont ils auraient pu rapprocher les bords.
Mais voici qu’ils s’éloignent l’un de l’autre comme deux chevaux qui se croisent à la vitesse additionnée de leurs galops contraires.
Aveline est hors d’atteinte. Il a la gorge nouée.

- Ami, dit-elle encore, je vois que vos épreuves vous ont durci…Sachez alors que je vous aime infiniment, mais que vous êtes la part de moi-même à laquelle j’ai renoncé. Jusqu’à mon consolement, je vous ai porté en moi sans vous oublier un seul jour. Je ne vous oublierai pas davantage maintenant, mais je me suis détachée de ma vie passé au nom du pauvre amour humain que je vous ai voué, je vous demande de ne pas troubler ma paix.

- Et quand les français arriveront ? Dit enfin Guilhem. Au château vous serez en sureté ?

Aveline se tourne vers Serena et cette fois sourit :

- Nous ne craignons pas les français…Mais si Dieu nous aide, nous pourrons peut-être un jour établir une colonie à Roquelongue

*
Barret/Gurgand
(Le Grand livre du mois – page 298)

*

barrejuin8.gif

*

0a3 dans HistoireEn 1099, les croisés de Godefroy de Bouillon et de Pierre l’Ermite plantent avec exaltation à Jérusalem les bannières de la chrétienté.
Traversant la Méditerranée avec leurs grands chevaux, leurs coutumes et leurs chicanes, il greffent un petit royaume latin au flanc brûlant de l’Islam. A cette époque où tout est signe, cela prouve au moins que Dieu est avec l’Occident. Et s’il en fallait une confirmation, les fléaux du temps -invasions, épidémies, famines – oublient le XII° siècle.

C’est donc en toute bonne conscience que l’Occident fait des enfants, bouillonne, fermente, redécouvre l’amour et le grand commerce, essarte, défriche, invente des techniques, ouvre des chantiers et des écoles, passe, entre 1150 et 1200, de 50 millions à plus de 60 millions d’habitants.  Les bourgeois, les artisans, les femmes, les étudiants prennent de plus en plus de place, commencent à faire craquer un cadre social  -chevaliers, clercs, paysans – qui ne tenaient pas compte d’eux.

Mais soudain, en 1187, le Kurde Saladin, avec tout l’Islam derrière lui, encercle et anéantit dans le plein été de Galilée l’armée des chrétiens, commandée par ce benêt de Guy de Lusignan et l’inquiétant Maître du Temple Gerard de Ridefort. Sur sa lancée, Saladin entre à Jérusalem et lave les Lieux-Saints à l’eau de rose. Du royaume latin, il ne reste qu’une bande de littoral. Quand l’Occident apprend la nouvelle, le coeur lui manque, et les nuits se font plus noires.

S’organise alors la plus formidable coalition que Rome peut mettre…
(Prologue).

 

0a51.jpg

*

J’ai beaucoup aimé
« Les Tournois de Dieu »
*
Tome 1 – Le Templier de Jérusalem
Tome 2 – La part des pauvres

*

barreroser1.gif

 



L’Avenir de l’Humanité

gifoois.gif a2.gifdove.gif

*

*

« Lorsque le nombre des bons et des purs aura diminué comme au temps d’Abraham, la terre devra passer par un jugement qui n’épargnera ni les hommes, ni les animaux, ni les plantes.
Les armes à feu qui crachent la mort ne serviront plus l’homme orgueilleux, ni ses forteresses, ni ses voiles d’airain par lesquelles il se déplace à la vitesse d’une flèche, car un ennemi viendra des airs et exterminera tous ceux qui auront fait le mal.

L'Avenir de l'Humanité dans Spiritualite 0a21Ce sera une véritable époque de commerce et de change.
Et ce que J’ai fait une fois dans le Temple de Jérusalem aux marchands de colombes et aux changeurs, Je le ferai en grand sur toute la terre et Je détruirai tous les étalages et toutes les salles de change par l’intermédiaire de l’ennemi que j’enverrai du fond des airs comme un éclair fulgurant dans de grands vacarmes et de grands fracas.

Toutes les armées de la terre lutteront vainement contre lui mais cet ennemi invincible ne fera aucun mal à Mes véritables enfants et les épargnera afin de former avec eux une toute nouvelle pépinière d’où sortiront des hommes meilleurs ».
Grand Evangile V, 108, 2-3

 

0a11 dans Spiritualite« Ma voix ne peut retentir clairement dans l’âme humaine que lorsque celle-ci est passée par toutes sortes d’épreuves amères et s’est détournée de ce qui est extérieur. »
Grand Evangiles XI, p. 151

« C’est pourquoi il faut réveiller les âmes, d’autant plus que voici le temps où se pose la question de l’orientation spirituelle de l’humanité.
La plupart des hommes se sont tellement enfoncés dans l’égoïsme que presque plus personne ne peut être réveillé par un simple effleurement du doigt et qu’il faut des moyens puissants pour les tirer de cette boue terrestre où ils se sont enlisés ».
La Prédiction, 309.

 

 

barrejuin8.gif

*

Le sens caché des Évangiles
et l’Avenir de l’Humanité
*
Révélations du Christ à Jacob Lorber 
Traduit de l’allemand par Valdo Secrétan
(Dervy Livres)

* 

Jacob Lorber est pratiquement inconnu en France.

0a0aNé le 22 juillet 1800 à Mariborg  en Yougoslavie,
il fut instituteur de village puis professeur de secondaire
avant de se tourner vers la musique
Commençant une carrière de soliste, tout en assurant la critique musicale dans divers journaux provinciaux, sa rencontre avec Paganini, lui permit de perfecitonner sa technique
.

Le 15 mars 1840, à Graz, en Autriche, ce musicien ressentit quelque chose qui le troubla infiniment…une voix provenant de la région du coeur lui disant :
« Prends ta plume et écris ! « 

Au lieu d’accepter la place de second chef de choeurs à l’Opéra de Trieste, il consacra la reste de sa fin à écrire sous la dictée de cette voix intérieure. Renonçant à se marier, vivant modestement de leçons de piano, menant une vie effacée à l’écart du monde il empila jusqu’en 1864 plus de 10.000 pages. Ces manuscrits ne montrent aucune rature, aucune correction. Ils annoncent des faits scientifiques découverts 100 ans plus tard.

 

barreroser1.gif



La maison des autres

*

* 

0a.jpg

*

Bernard CLAVEL
de
l’Académie Goncourt
(né le 29 mai 1923 à Lons le Saunier)

*

*

La maison des autres dans Cycles romanesques 0a2- Alors ma Monnette, dit-il, tu as bien couru…T’as bien galvaudé et à présent te voilà le ventre creux. Grande salope…Grande salope !

Sa grosse voix se faisait douce. Elle bourdonnait.
S’arrêtant un instant de se laver, Julien regarda vers la porte de la chambre et dit à voix basse :
- Elle était avec moi.

Les moustaches de l’oncle s’écartèrent sur un sourire.
- Toi, tu finiras par te faire engueuler. Le lit va encore être plein de poils.
- Je serai loin quand la tante le verra.
- Pardi, c’est encore moi qui vais trinquer. Elle va encore me dire qu’on s’entend comme larrons en foire, les bestioles et nous deux.

Inclinant la tête à droite pour ne pas brûler ses moustaches, l’oncle alluma sa cigarette. Le café était chaud. Il le versa dans les tasses.
- Il est à peine plus de cinq heures, dit-il ; pour un peu, tu aurais le temps de venir avec mois donner un coup près des piles, avant de t’en aller.
- Tu crois ?

Julien avait prononcé ces deux mots, la gorge un peu serrée, sur un ton qui fit rire son oncle.

- Qu’est-ce qui te fait rire comme ça de grand matin ? demanda la tante en entrant.

L’oncle but une gorgée de café, puis expliqua :
- Je lui propose de prendre la barque et de venir avec moi donner un coup sous le pont. Il aurait largement le temps, mais il a une sacrée frousse d’être en retard !
- Il a raison, dit-elle. Ca ferait mauvaise impression, s’il arrivait en retard le premier jour.

L’oncle se contenta de hausser les épaules. La tante avait remarqué les deux tasses ; elle demanda :
- Pourquoi tu lui donnes du café noir ? Tu sais  bien qu’il y a du lait, c’était bien facile de la faire chauffer ! Et puis, vous êtes donc si pressés ?
- Quand on va travailler, dit l’oncle, on est un homme. Et un homme, ça boit son café le matin.
- On n’est pas un homme à quatorze ans.
- Tu me fais rigoler ; la semaine prochaine, il boira des grands coups de vin et il fumera du gros-cul.
- Tais-toi donc, imbécile tu déraisonnes.

La tante semblait furieuse. Julien souriait à l’oncle qui lui fit un clin d’oeil, ralluma son mégot et lança…

*

LA GRANDE PATIENCE
Editions Rombaldi
(cycle romanesque – 4 tomes)

( Tome premier – pages 13/14)

 

 0a6.gif0a9.jpg0a8.jpg0a5.jpg

 

*

Écrivain à la production importante,
(romans, essais, poèmes et contes pour la jeunesse),
il a obtenu les prix Goncourt avec « Les fruits de l’hiver » (1968) .

Issu d’une famille modeste, autodidacte, il rencontra succès-popularité mais resta toujours attentif aux humbles.
Nombreux de ces textes furent primés ou adaptés à l’écran.

*

S’agissant du cycle « La grande patience« … le premier tome

« La maison des autres »


reçu le Grand Prix du roman et passa à la télévision en 1997.

*

barreroser1.gif

*



Tant et plus !

François de Closets

 

Tant et plus ! dans Essais 0a00Vive l’impôt !

La France n’est pas un paradis fiscal
et j’en suis heureux,
car je ne crois pas
que le meilleur des mondes
soit celui où l’on paie le moins d’impôts.

Bien au contraire…
(mais)…

*

…/…

La France de 1992 compte quelque 36 760 communes, soit davantage, à elle seule, que l’ensemble de ses partenaires européens. Le nombre est aberrant, la réalité l’est encore bien plus.

0a001 dans EssaisD’un côté des villes et villages se sont étiolés jusqu’à n’être plus que des  survivances. Un millier de communes ont aujourd’hui  moins de 50 habitants et 80% moins de 2 000. De telles communautés qui n’atteignent pas la taille critique indispensable poiur faire fonctionner les services public et s’auto-gérer, sont totalement dépendantes de l’administration.
Cet émiettement communal est donc un facteur de centralisation. A l’opposé, d’énormes agglomérations urbaines ont vu le jour. Elles regroupent des centaines de milliers d’habitants en une seule entité géographique qui se trouve divisée en une dizaine d’unités administratives par le découpage communal.

Comme le constate le préfet Jean-Émile Vié, grand pourfendeur de la décentralisation :
« Cette situation n’était pas propre notre pays, elle était générale à l’Europe occidentale ou plus exactement à tous les pays qui ont connu l’industrialisation. Elle a partout, sauf en France, trouvé une solution, et toute réforme de l’administration locale, même dans les pyas de l’Est, a entraîné une restructuration communale, tendant à mettre sur pied des collectivités locales aptes à assurer leur mission ».

Tout le monde donnaît et la réalité du mal et le remède nécessasire. Il  faudrait remodeler et…

Tant et PLUS
Comment se gaspille notre argent
La dispersion communale – p. 185 / Grasset-seuil
 *

 

                                          gifboissons2.gif



Regain

Giono

(30 mars 1895 – 8 octobre 1970)

Regain dans Cycles romanesques 0a001
Surnommé « Le voyageur immobile »
son oeuvre, qui  a surtout pour cadre le monde paysan de Provence, déborde d’humanisme et de révolte contre les moeurs de la société du XX°siècle.
Sa maison « Lou Paraïs » – Mont D’OrManosque est devenue le siège de l’association des Amis de l’écrivain.

…/…

- Cette Piémontaise, dit la grosse Laure, c’est pas une femme qui a les cheveux rouges ? Elle a toujours un des ces fichus…elle va aussi aider pour les cochons. Je l’ai rencontré aux cerisettes l’an passé.

- Toi, tu connais toujours , dit l’oncle, et au fond, tu ne connais rien. Non, elle n’a pas les cheveux rouges. Elle ne sort guère d’Aubignane.  C’est une vieille cavale toute noire ; la zia Mamèche c’est son nom. Cette femme, ça fait au moins quarante ans qu’elle est là-bas. Je me souviens, moi, de quand elle est arrivée. Elle ne savait pas un mot de français. Elle se mettait sous un talus et elle chantait. Puis son homme est mort…Puis, son petit est mort…C’est même quelque chose de curieux, ça…

Le vent hurele derrière les nuages.

0a01 dans Cycles romanesques« …Son homme, c’était un puisatier. Il avait pris l’entreprise du communal. Ce que c’est que le destin ! On faisait un puits nous, à Aubignane ; lui il était de l’autre côté de ses Alpes, peut-être bien tranquille. Nous, avec notre puits, on arrive à un endroit difficile tout en sable qui coule, et notre maçon, qui était des Corbières, nous dit : « Je ne descends plus là-dedans ; j’ai pas envie d’y rester ».
Lui, le Piémontais, c’est juste à ce moment-là qu’il arrive à Aubignagne, avec guère de sous et une femme qui allait faire le petit. Ce qui l’avait tiré de là-bas , allez chercher : le destin !
- Moi je descends, qu’il dit.

…/…

REGAIN
Editions Rombaldi
(page 19)

Article complémentaire : http://osee.unblog.fr/2009/03/30

 barrejuin8.gif

 

Un film a été tiré de ce roman de Giono
(comme beaucoup d’autres qui connurent un grand succès)

gifmercl.gif



Quand la Chine…

Alain Peyrefitte
(né en 1925)

Quand la Chine... dans Ecrits politiques 0a0  Normalien, « énarque », chargé de recherches au C.N.R.S., maître de  conférence à l’E.N.A., anthropologue de formation, diplomate de carrière,
il a effectué de nombreux séjours dans divers pays communistes et en extrême-Orient.

Député,
ministre du général de Gaulle,
(à 36 ans et pendant plus de 6 ans)
il a été,
notamment,
 Président de la Commission des Affaires culturelles et sociales de l’Assemblée nationale après juin 1968.

*

                     barara29.gif

*

*

0a0c2 dans Ecrits politiquesA Choukoutien, à une cinquantaine de kilomètres de Pékin, repose l’ancêtre des Chinois. Il a vécu en Chine, il y a 5 ou 600.000 ans ; il semble, dans l’état actuel des connaissances paléontologiques, l’homme le plus vieux du monde. En tout cas, les chinois n’en doutent pas un instant. Dans sa vitrine, « l’homme de Pékin« , le Sinanthrope, est le maillon initial de la plus longue chaîne, le premier homme de la « première civilisation née sur la terre« , le père du « peuple le plus noble », « le plus nombreux », « le plus humain de la terre ».

Chaque jour, quelque deux mille visiteurs, arrivés de Pékin en autobus, ouvrier et paysans, écoliers et soldats, viennent se faire confirmer, en écrasant leur nez sur la vitrine, que l’histoire multimillénaire de la Chine se confond avec l’histoire de l’espèce humaine ; et que les 800.000 millions d’hommes qui sont invités à construire la nation la plus neuve, sont en même temps le produit de la civilisation la plus ancienne.

A Panpo, dans un site néolitthique de la province du Shensi, à une vingtaine de kilomètres de Sian, un « musée de terre » se prête aussi bien à la formation des archéologues qu’à l’édification du public…..

Quand la Chine s’éveillera
Chapitre XV – L’Empire-du-milieu restauré (1 – Le nombril du monde.).

*

*

               barreroser.gif



Thoughts... |
livres d'occasion bouquinsd... |
marcloupias |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Stephan LEWIS - fantastique
| silentenigma
| Au fil des mots