Tant que la terre durera

bonpenvous.gif

« …Elle aimait Volodia, bien qu’elle  eût refusé d’être sa femme. Et elle était jalouse de celle qui avait pris sa place auprès de lui. Elle le  voulait tout à elle, exclusivement à elle, malheureux ou heureux à cause d’elle..
Et Michel ? Eh bien ! lui aussi, elle l’aimait. Seulement elle l’aimait d’une autre manière, d’une manière simple, honnête et monotone. Son  sentiment raisonnable pour Michel complétait sa passion folle pour Volodia.
Il lui fallait ces deux hommages contraires pour qu’elle fût satisfaite. Oui, oui, Volodia et Michel  formait une seule entité qui dominait et commandait son existence. Privée de l’un, elle n’aurait pu aimer l’autre. Elle marmonnait à mi-voix, comme pour convaincre une amie invisible, assise à ses côtés :

 - Tu comprends ,
Je les aime tous les deux. Je les ai toujours aimés tous les deux. Et je suis jalouse de l’un comme je serais jalouse de l’autre.  Oh ! je suis un monstre, un monstre…

Puis elle revint à la croisée, Suzanne avait disparu. Par une sorte de dédoublement, elle se vit, hagarde, mal coiffée, appuyée au montant de la fenêtre. Que faisait-elle ainsi ? Qu’attendait-elle ? Après tout, cette maternité ne prouvait rien. Volodia pouvait coucher avec Suzanne et l’aimer, elle, Tania. Qui sait, peut-être, au plus fort de son plaisir, s’imaginait-il étreindre Tania, au lieu de cette petite femelle incolore ? …. »

Henri TROYAT – Temps que la terre durera  (tome 1)

                 barreff.gif

 

 

Henri Troyat  
(Lev Tarassov dit)
est né à Moscou en 1911. Fixé en France dès 1920, il aborda la littérature en 1934 avec « Faux jour« . Grand admirateur de Dostoïvski et de TolstoÎ, tout autant que de Zola et de Balzac, il a  décrit,  par petites touches minutieuses, le quotidien de la vie…
notamment dans de grands cycles romanesques comme les lignes de l’extrait ci-dessus…(saga d’une famille dans la Russie avant-pendant-après la révolution Russe  -  extrait de ma bibliothèque, le texte est offert en 7 tomes) ….
ou La lumière des justes (1955/1962), Les Semailles et les Moissons (1953-1958), Les Eygletières (1965-1967). Entré à l’Académie Française en 1959, il jouissait d’une large audience auprès d’un vaste public..

Bons moments de détente avec un tel roman …

 

 

                   ami.gif

 

 



Baudelaire

barraefosee.gif 

*****

*

Lecteur paisible et bucolique,
Sobre et naïf homme de bien,
Jette ce livre saturnien,
Orgiaque et mélancolique

*

Si tu n’as fait ta rhétorique
Chez Satan, le rusé doyen,
Jette ! tu n’y comprendrais rien,
Ou tu me croirais hystérique.

*

Mais si, sans se laisser charmer,
Ton oeil sait plonger dans les gouffres,
Lis-moi, pour apprendre à m’aimer ;

*

Âme curieuse qui souffres
Et vas cherchant ton paradis,
Plains-moi ! …Sinon, je te maudis !

*

Épigraphe
pour un livre condamné

****
***
*

barreroser.gif

*****
***
*

Dans « Les Fleurs du Mal » le poète exprime son mal de vivre :

« Dans toute vie humaine donc qui se croit déjà infinie ou qui veut l’être, chaque instant même est désespoir ».


A six ans, le jour de la mort de son père, Baudelaire commence à se défier du monde.
Un an plus tard il prend conscience d’être en situation atroce dans un monde horrible, lorsque sa mère se remarie. La seule chose dont Baudelaire semble ne jamais avoir douté : le langage.
Second prix de vers latins au Concours Général, il est quand même mis à la porte de Louis-le-Grand en 1839 pour indiscipline ; ce qui ne l’empêche pas de réussir son bac. Est-ce pour déplaire à son beau-père  maréchal de camp qu’il devient ce « réfractaire »  ?

Une fois ses études réussies, il entend mener son existence à son gré et réclame l’héritage de son père.
En 1841…conseil de famille !
On expédie le jeune homme de 20 ans, (qui a commencé les Fleurs du Mal)  sur un paquebot en partance pour Calcuta. Il sera de retour l’année suivante.
Il rencontre alors Jeanne Duval, Vénus noire (qui restera son plus sûr semblant d’amour toute sa vie)…coûteuse garce à qui il ne refuse rien. Déménagements nombeux. Dettes. Il est engagé dans son destin de poète maudit. Femmes, amis, drogue, ivresse, amour de Paris et de la peinture, nécessité de gagner sa vie et éternelle bagarre avec la famille.

Publié en 1857 par Poulet-Malassis, « Les fleurs du mal » ont fait scandale !
Procès, saisie, condamnation, amende (intervention de l’Impératrice pour en diminuer le montant).
Combien les moeurs ont évolué !!

 

bonange7.gif

 



Les plaideurs

barr24.gif 

*** 

Les plaideurs

***

*

Ma foi ! sur l’avenir bien fou qui se fiera :
Tel qui rit vendredi, dimanche pleurera.
Un juge, l’an passé, me prit à son service ;
Il m’avait fait venir d’Amiens pour être Suisse.
Tous ces Normands voulaient se divertir de nous :
On apprend à hurler, dit l’autre, avec les loups.
Tout Picard que j’étais, j’étais un bon apôtre,
Et je faisais claquer mon fouet tout comme un autre.
Tous les plus gros monsieurs me parlaient chapeau bas ;
« Monsieur de Petit Jean« , ah ! gros comme le bras !
Mais sans argent l’honneur n’est qu’une  maladie.
Ma foi ! j’étais un franc portier de comédie :
On avait beau heurter et m’ôter son chapeau,
On n’entrait pas chez nous sans graisser le marteau.
Point d’argent, point de Suisse, et ma porte était close.
Il est vrai qu’à Monsieur j’en rendais quelque chose :
Nous comptions quelquefois. On me donnait le soin
De fournir la maison de chandelle et de foin ;
Mais je n’y perdais rien. Enfin, vaille que vaille,
J’aurais sur le marché fort bien fourni la paille.
C’est dommage : il avait le coeur trop au métier ;
Tous les jours le premier aux plaids, et le dernier
Et bien souvent tout seul ; si l’on  l’eut voulu croire,
Il y serait couché sans manger et sans boire.
Je lui disais parfois  » Monsieur Perrin Dandin,
Tout franc, vous devez vous lever tous les jours trop matin.
Qui veut voyager loin ménage sa monture.
Buvez, mangez, dormez, et faisons feu qui dure« .
Il n’en a tenu compte. Il a si bien veillé
Et si bien fait qu’on dit que son timbre est brouillé
Il nous veut tous juger les uns après les autres.
Il marmotte toujours certaines patenôtres
Où je ne comprends rien. Il veut, bon gré, mal gré,
Ne se coucher qu’en robe et qu’en bonnet carré.
Il fit couper la tête à son coq de colère
Pour l’avoir éveillé plus tard qu’à l’ordinaire ;
Il disait qu’un plaideur dont l’affaire allait mal
Avait graissé la patte à ce pauvre animal.
etc…

Acte premier – Scène 1
(Petit Jean traînant un gros sac de procès)

barara29.gif

 

Racine   ,dans cette pièce, a voulu ridiculiser les gens de Justice.
Cette pièce écrite en 1668, connu des débuts difficiles. Elle semblait irrémédiablement condamnée…
Les comédiens, appelés à la Cour,  osèrent la jouer devant le Roi. qui « y fit grands éclats de rire« …
Le suffrage du roi et de la cour entraîna celui de Paris. Quand elle y fut rejouée elle connut un franc succès qui ne se démentit plus dans la suite quand la Comédie Française l’avait à l’affiche.

                                

                barara29.gif

Racine (1639-1699) fut un orphelin élevé par les religieuses des Petites Écoles du monastère de Port-Royal. Ensuite il fit de sérieuses études. Entré à Paris il fit présenter sa première pièce  La Thébaïde (1664) puis Alexandre (1965) La période des dix années qui suivirent sont les plus fécondes de sa carrière : AndromaqueLes Plaideurs, Britannicus, Bérénice, Bajazet, Mithridate, Iphigénie et Phèdre (1967) dont l’échec  détermina le poète à renoncer pour longtemps au théâtre. Après des démêlés divers (rivalité avec Corneille notamment), il  se maria en 1677 et consacra sa vie à sa famille, l’éducation de ses nombreux enfants et l’écriture d’ouvrages dramatiques à la demande de Mme de Maintenon : Esther (1689) et Athalie (1691).

Les critiques considèrent que l’auteur a restitué  à la scène tragique sa véritable dimension… celle que lui avait conféré les Grecs en considérant la passion amoureuse comme une fatalité infernale génératrice de haine et de destruction. Il est le véritable créateur de la tragédie française.

               barre55.gif

 



Agatha Christie

Agatha Christie
née Agatha Mary Clarissa Miller
le 15 septembre 1890 à Toquay (Davon)
est considérée comme
« La reine du crime »

                    barrepoem7.gif

 

*******


.La porte du 19 s’ouvrait et, jaillissant telle une bombe dans un hurlement suraigu, inhumain, une jeune fille fonçait dans l’allée. Elle passa la grille, me heurta si violemment que je faillis tomber, puis s’agrippa à moi avec désespoir.

- Allons, dis-je en retrouvant mon équilibre. Du calme, voyons, du calme.
Elle se calmait, s’arrêtait de crier, le souffle cour, brisé de sanglots.
On ne peut pas dire que je me sois montré vraiment à la hauteur des circonstances.

 
- Avez-vous des ennuis ? demandai-je. (Puis, devant la maladresse d’une telle phrase j’ajoutai) : Que se passe-t-il ?Reprenant haleine, la jeune fille tendit le doigt : - Là, dit elle, là-dedans… - Eh bien ?- Il y a un homme par terre…mort…elle lui a presque marché dessus.- Qui ça ? Pourquoi ?

- Parce qu’elle est aveugle, je crois. Lui, il est couvert de sang.Et baissant les yeux sur ses mains, elle me lâcha.

- Et moi aussi, je suis pleine de sang, ajouta-t-elle.

- En effet, constatais-je, considérant les taches sur ma manche avec un soupir; Moi également, maintenant. (Puis, après réflexion).  Je crois que vous feriez mieux de me faire voir tout ça.

- Non, non, je ne peux pas..Je n’irai plus dans cette maison

- Vous n’avez peut-être pas tort, dis-je cherchant des yeux un endroit propice où déposer cette jeune personne à moitié évanouie.Après l’avoir laissée glisser doucement sur le trottoir, je l’adossai à la grille.

- Ne bougez pas jusqu’à mon retour, ce ne sera pas long. Vous ne risquez rien. Si vous avec un malaise, penchez-vous, posez la tête sur les genoux.

Oeuvres complètes :  Les pendules (pages 13/14 – Tome 14)              

              barerre.gif

 

Agatha Christie est l’auteur la plus lue, après Shakespeare, dans le monde anglo-saxon.  Elle a été traduite en plus de 100 langues ; nombreux de ses romans ont été adaptés au cinéma.
J’ai ses oeuvres complètes…toujours un agréable moment de se souvenir des indices…pour trouver le coupable !

Pour une brève biographie : http://osee.unblog.fr/2009/01/12/12-janvieragatha-christie/

   

 

       barrepaipil.gif

 

 



Les rois maudits

barrefoseee.gif 

Maurice DRUON
de l’Académie Française
a obtenu un tel succès avec
« Les rois maudits »
qu’un télé-film à épisodes fut réalisé avec bonheur.

*

TOME PREMIER 
1ère partie : La malédiction.
Chapitre 1 : Une reine sans amour

*

« ….Assise dans un haut siège de chêne au dossier surmonté des trois lions d’Angleterre, la reine Isabelle, le menton sur la paume, contemplait vaguement les lueurs du foyer.
Elle avait 22 ans. Ses cheveux d’or, tordus en longues tresses relevées, formaient comme deux anses d’amphore.
Elle écoutait une de ses dames française lui lire un poème du duc Guillaume d’Aquitaine
.

- D’amour ne dois plus dire bien
Car je n’en ai ni peu ni rien,
Car plus n’an ai qui me convient…

La voix chantante de la dame de parage se perdait dans cette salle trop grande pour que des femmes y puissent vivre heureuses.

- Il m’a toujours été ainsi.
De ce que j’aime n’ai pas joui,
Ne le ferai ni ne le fis…

La reine sans amour soupira.
 » Que voilà donc de touchantes paroles, dit-elle, et  qu’on croirait tout juste faites pour moi. Ah le temps n’est plus où les grands seigneurs comme ce duc Guillaume étaient aussi exercés à la poésie qu’à la guerre. Quand m’avez-vous dit qu’il vivait ? Deux cents années ? On jurerait de ce lai qu’il est écrit d’hier.

- « D’amour ne dois plus dire rien
Car ne n’en ai ni peu ni rien…

Elle demeura un moment songeuse.
- Poursuivrai-je, Madame ? demanda la lectrice, le doigt posé sur la page enluminée.
- Non, ma mie, répondit la reine. Je me suis assez fait pleurer l’âme pour aujoiurd’hui.
Elle se redressa,et, changeant de ton :
- Mon cousin Monseigneur d’Artois m’a fait annoncer sa venue. Veillez à ce qu’on le conduise ici aussitôt qu’il se présentera.
- Il arrive de France ? Alors vous allez être contente, Madame !
- Je souhaite l’être…si les nouvelles qu’il me porte sont bonnes.

*

                barrefff.gif

*

 

« Les Rois Maudits«   donnèrent lieu à plusieurs éditions.
Celle de 1975 offre la fresque historique en 6 volumes :
Le roi de ferLa reine étrangléeLes poisons de la couronneLa loi des mâlesLa louve de France et  Le lis et le lion.
Le texte de rédaction rapide se veut aisé à lire.

*

Au début du XIV° siècle, Philippe IV, roi d’une beauté légendaire, régnait sur la France en maître absolu.
Trois fils assuraient sa descendance.
Sa fille était mariée au roi Edouard II d’Angleterre.
Il comptait 6 autres rois parmi ses vassaux et le réseau de ses alliances s’étendait jusqu’à la Russie.
L’idée nationale logeait dans la tête de ce prince pour qui la raison d’État dominait toutes les autres.

Sous son règne (d’après l’auteur qui n’est pas historien) la France était grande et les français malheureux.

Un seul pouvoir osait lui résister :
celui de L’Ordre souverain des chevalier du Temple.
(Organisation militaire, religieuse, financière issue des Croisades).
Il leur fit un procès qui dura 7 ans.
Le récit commence cette septième année .

Le grand Maître Jacques de Morlay, du haut de son bûcher,  y lance son anathème….Les autres tomes évoquent la  réalisation de la prophétie tragique sur la descendance…

*

Vraiment de bons moments de lecture
pour ceux qui aiment l’histoire.

*

         gifmerci.gif

 



La fin d’une liaison

*

*

*bienvenue10.gif

*

*

Je regagnai la maison où je vis un nouvel effort pour me concentrer sur mon livre. Quand je commence à écrire, il y a toujours un de mes personnages qui se refuse à naître. Il ne présente rien de psychologiquement faux, mais il ne veut pas vivre, il faut le bousculer dans tous les sens, lui trouver un langage spécial ; je dois employer toute l’habileté technique que j’ai acquise au cours de mes années laborieuses pour le faire paraître réel aux yeux de mes lecteurs.

J’éprouve parfois une satisfaction amère lorsqu’un critique salue ce personnage  comme le mieux campé dans l’histoire ; s’il n’a pas été campé, il a sans aucun doute  été traîné de force. il pèse lourdement sur mon cerveau au début de mon travail comme un repas mal digéré vous reste sur l’estomac, me privant du plaisir de la création dans toutes les scènes où il est présent. Il ne fait jamais de choses inattendues, il ne me surprend jamais, il ne prend pas d’initiatives.

Tous les autres personnages m’aident, lui ne fait que me gêner.

Et cependant, je ne puis me passer de lui.

J’imagine fort bien un Dieu éprouvant ce même sentiment à l’endroit de certains d’entre nous. Les saints, pourrait-on supposer, se créent eux-mêmes, pour ainsi  dire . Ils vivent d’une vie spontanée. Ils sont capables d’une paroles ou d’une action surprenantes. Ils se tiennent en dehors de l’intrigue et ne dépendent pas d’elle.

***

*

                                    barre53.gif

***

*

« La fin d’une liaison« 

Graham Greene
****************

Le héros-narrateur, se retrouve seul
après une folle passion avec la femme d’un Haut-fonctionnaire du gouvernement britannique pendant la seconde guerre mondiale.
Sa jalousie maladive est la cause principale de l’échec de cette histoire d’amour.
Il est amer et insatisfait de tout.
Comme un autre de ses romans « Le fond du problème« , l’univers et les personnages sont bien rendus. Les images viennent facilement. Les sentiments et interrogations dominent.
(Extrait de la page 315)

Un bon moment de belle lecture…mais pas un jour de « cafard » !

*********
***

gifmercl.gif

 



Le noir et le rouge

 barreargts.gif

Le noir et le rouge
ou l’histoire d’une ambition

*****
***
*

…..

La vérité est beaucoup plus cruelle. Le PC perd les municipales gagnées en 1977. La découverte de fraudes et d’irrégularités diverses l’oblige à en abandonner une dizaine de plus. Son image de marque paraît bien écornée. A l’élection européenne, avec 11% des voix, il retrouve son score…de 1928.

L’Union l’a desservi, la désunion l’a affaibli, la polémique l’a diminué, la participation l’a dévalorisé. Il ne lui reste plus qu’à s’enfermer derechef sans sa citadelle lézardée. Avec l’espoir de ses refaire des forces dans l’opposition.

(Page 363)

*****
***
*

barre2702.gif

***

*

Catherine Nay, l’auteur
a été journaliste à l’Express et collabora dès 1975 à Europe 1

*

« Depuis 40 ans, il  a été ministre, député, sénateur, président de la république enfin. Et pourtant qui peut se vanter de connaître le vrai François Mitterrand ? Personne. Il est l’inconnu le plus célèbre de France….

Le lecteur va de révélation en révélation. Il sourit, s’étonne, s’émeut, s’agace ou s’interroge. Mais surtout il découvre les ressorts cachés d’un homme et d’une vie…. »
(Extraits de la 4ème de couverture)

bonamitit.gif



La légende des siècles

barra03032009.gif 

 

La légende des siècles 

***

*

La créature humaine, importune au ciel bleu,
Faisait une ombre affreuse à la cloison de Dieu ;
Elle n’avait plus rien de sa forme première ;
Son oeil semblait vouloir foudroyer la lumière,
Et l’on voyait, c’était la veille d’Attila,
Tout ce qu’on avait eu de sacré jusque-là
Palpiter so
us son ongle et pendre à ses mâchoires,
D’un côté les vertus et de l’autre les gloires.
Les hommes rugissaient quand ils croyaient parler.
L’âme du genre humain songeait à s’en aller ;
Mais avant de quitter à jamais notre monde,
Tremblante, elle hésitait sous la voûte profonde,
Et cherchait une bête où se réfugier.
On entendait la tombe appeler et crier.
Au fond, la pâle Mort riait sinistre et chauve.
Ce fut alors que toi, né dans le désert fauve
Où le soleil est seul avec Dieu, toi, songeur
De l’antre que le soir emplit de sa rougeur,
Tu vins dans la cité toute pleine de crimes ;
Tu frissonnas devant tant d’ombre et tant d’abîmes ;
Ton oeil fit, sur ce monde horrible et châtié,
Flamboyer tout à coup l’amour et la pitié ;
Pensif tu secouas ta crinière sur Rome ;
Et l’homme étant le monstre, ô lion, tu fus l’homme.

 ********* 
*****

Victor HUGO
(1802-1885)

*****
***
*

roilion2020.gif

Victor HUGO
est un monument de la littérature française
Romans, pièces, poésies furent composés avec talent-bonheur-succès.
Je reviendrai avec des extraits de cet homme engagé, donc pas de biographie…

*****

***

*

Aujourd’hui
à vous  la parole
Que représente-t-il  à vos yeux ?

***

*

                        andalousie122914246124gros.gif



Bécassine

 

*

*

*                               

grisoulle76122532496617gros.gif

*

*

*

BÉCASSINE est vraisemblablement la première bande dessinée à succès en France.
Les circonstances de sa naissance semble incroyables ; lorsque l’on pense aux études de marché, sondages, préparations divers que s’imposent les éditeurs actuels.

Quand le premier numéro du magazine

LA SEMAINE DE SUZETTE
(fillettes de 8-14 ans)

est prêt pour sa parution du 2 février 1905
la rédactrice en chef s’aperçoit qu’une page reste vierge.  Aussitôt elle improvise une historiette ; inspirée par une bourde de sa bonne. En urgence, le dessinateur Joseph Porphyr Pinchon dessine le personnage

Le succès est immmédiat !
L’aventure continuera jusqu’en 1960.

*

       

                                 chezsylvie122642200732gros.gifbarre10.gif

*

*

Quel est le thème ?

Annaik Labornez est une bretonne née dans la métairie de ses parents. Un important vol d’oiseaux passait à ce-moment-là. Oies sauvages et bécasses. Le surnom était trouvé.
A l’âge de travailler, elle « monte » à Paris, engagée comme domestique chez la Marquise Grand Air. Évidemment nombre d’incidents-péripéties lui arrivent. Occasions de décrire les conditions de la vie et les préjugés du temps.

Au fil des années
Bécassine fera découvrir la France des régions à des générations de gamines qui attendaient avec impatience la parution  du magazine.
A l’époque les revues étaient rares, il n’y avait pas de télévision.

Pendant l’occupation Bécassine fut « mobilisée ». Son « effort de guerre » déplut à l’occupant qui saisit les albums ! Comme souvent, la bande dessinée peut être un moyen de caricature ou d’information intéressant.
Actuellement le genre est à l’honneur. Les personnages  nombreux. Un salon lui est consacré chaque année à Angoulême.
Si vous avez une fille,  pourquoi ne pas lui faire découvrir la vie au siècle dernier par ce biais récréatif ?

*****
***
*


        0bec.gif

                  
 



Protégé : TRAHISONS

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :



12

Thoughts... |
livres d'occasion bouquinsd... |
marcloupias |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Stephan LEWIS - fantastique
| silentenigma
| Au fil des mots